Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Afghanistan: Rula Ghani, une première dame pas comme les autres

Avec un nouveau président vient une nouvelle première dame. Avec Rula Ghani, femme du nouveau président Mohammad Ashraf Ghani, les Afghans sont maintenant face à un nouveau modèle, qui délaisse la discrétion pour prendre la parole. Léo Kalinda a obtenu une rare entrevue avec celle qu'on appelle là-bas Bibi Gul (Madame Fleur).

Une entrevue de Léo Kalinda

Autant Zeenat, la femme de Hamid Karzaï, qui a dirigé l'Afghanistan pendant 10 ans, s'est faite discrète et n'est jamais apparue en public, autant Rula Ghani est très populaire et s'exprime régulièrement sur les sujets qui lui tiennent à coeur.

Dès son discours d'investiture, en septembre 2014, le nouveau président Ghani avait surpris tout le monde en remerciant son épouse. Il n'avait alors pas caché qu'il lui devait en partie sa victoire. Lui qui est un Pachtoune, le peuple fondateur de l'Afghanistan moderne, avait promis que sa femme aurait un rôle actif durant sa présidence.

Pour l'Afghanistan, l'un des pays les plus traditionalistes du monde musulman, connaître une femme de politicien active et influente est donc une première.

L'expérience ne se fait toutefois pas sans heurts. Arabe d'origine libanaise, chrétienne de confession grecque orthodoxe, Rula Ghani n'est pas appréciée des fondamentalistes, qui lui ont reproché d'être une étrangère et ont menacé de brûler la présidence.

Ancienne étudiante de l'Université américaine de Beyrouth, où elle a connu son mari, et de Sciences Po à Paris, diplômée de l'École de journalisme de New York, elle assume toutefois ses appartenances multiples et refuse d'en choisir une seule.

Un modèle d'émancipation

Rula Ghani croit que le simple fait qu'elle ait une vie publique rend espoir aux Afghanes, tout récemment sorties d'une ère dominée par les talibans, ces fondamentalistes musulmans qui empêchaient même les femmes de quitter leur domicile si elles n'étaient pas accompagnées d'un homme.

Un peu comme Michelle Obama, la première dame des États-Unis, Rula Ghani bénéficie de bureaux et d'une équipe au sein de l'administration présidentielle. Elle est active en éducation, en santé et dans l'humanitaire.

Certains Afghans la comparent déjà à la reine Soraya, la femme du roi Amanullah Khan, qui dirigeait le pays dans les années 20. Soraya avait elle aussi des idées modernes sur le rôle de la femme dans la société afghane.

Selon Rula Ghani, si le droit des femmes demeure fragile en Afghanistan, des progrès auraient quand même été enregistrés ces dernières années.

INOLTRE SU HUFFPOST

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.