Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Raïf Badawi évite de nouveau les coups de fouet en Arabie saoudite

MONTRÉAL - Raïf Badawi a une fois de plus évité la flagellation ce vendredi, en Arabie saoudite.

Le bureau d'Amnistie internationale à Paris a rapporté la nouvelle de ce report, quelques jours après que la Cour suprême d'Arabie saoudite eut maintenu la sentence imposée au blogueur.

Le tribunal a ainsi confirmé que M. Badawi devrait purger sa peine de 10 ans de prison, pour avoir critiqué le régime saoudien et l'islam et pour avoir violé les lois technologiques. Il devait aussi payer une amende de 266 000 $ et subir 1000 coups de fouet.

Or, après une première séance de 50 coups en janvier dernier, toutes les autres séances de flagellation ont été reportées en raison de l'état de santé de l'homme de 31 ans.

Raïf Badawi est emprisonné depuis 2012 pour avoir critiqué le régime saoudien et s'être exprimé sur l'islam dans son blogue qui fait la promotion des droits de la personne et de la démocratie dans son pays.

Rappelons que sa femme, Ensaf Haidar, et leurs enfants sont réfugiés à Sherbrooke, au Québec.

De nombreuses pressions sur le régime saoudien sont appliquées à l'échelle internationale ce qui, d'après certains observateurs, a pu faire fléchir les autorités.

Qui est Raif Badawi?

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.