Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

«Banc public»: Guylaine Tremblay, la curieuse (ENTREVUE/VIDÉO)

Banc Public, mercredi 20 h

Demain 20 h à Banc Public: Guylaine Tremblay parle de chimiothérapie avec la journaliste Josée Blanchette et de cyberdépendance avec Dominic Arpin.

Posted by Télé-Québec on 15 septembre 2015

Guylaine Tremblay n’enfile les habits d’aucun personnage à l’émission Banc public. Elle y endosse en fait le titre officiel d’animatrice, mais suffit de jeter un œil à ce nouveau rendez-vous hebdomadaire de Télé-Québec pour comprendre que c’est Guylaine Tremblay la femme, la citoyenne, qui se fait la porte-voix du public dans ce magazine d’intérêt social, où sont abordés des thématiques bien ancrées dans l’air du temps.

La Marie Lamontagne d’Unité 9 mène ses entrevues de façon tellement sincère et spontanée qu’on jurerait que rien n’a été scripté ou planifié à l’avance. Elle pose les questions que tout le monde se pose et le fait avec tact et doigté, comme si elle prenait la main des téléspectateurs pour les guider dans des univers avec lesquels ils ne sont pas familiers, en marchant au même rythme qu’eux. Sans jugements, sans condescendance, sans complaisance. D’égal à égale avec ses invités.

«Moi, je suis une fille très, très curieuse, expose Guylaine. J’aime comprendre la société dans laquelle je vis. J’écoute les informations. J’aime rencontrer les gens, parler avec eux. À mes yeux, Banc public représente la combinaison parfaite. Ça me permet de discuter avec des gens que je n’aurais pas rencontrés autrement, d’approfondir des sujets dont j’ignorais totalement l’existence. J’espère que ça va intéresser les gens autant que ça m’intéresse, moi. Ça devrait, parce que les gens à qui je m’adresse sont passionnants et les reportages sont formidables.»

Pas une journaliste

Sur son banc public, campé au milieu de l’agitation de la vie quotidienne d’un lieu ouvert et de ses passants, Guylaine s’interroge sur des enjeux, des mouvements, des courants, des problèmes, des faits, controversés ou pas, qui nous touchent tous de près ou de loin.

Ce soir, par exemple, elle jasera de chimiothérapie avec la journaliste Josée Blanchette, qui a abandonné les traitements parce qu’ils ne lui convenaient pas, de cyberdépendance et autres effets néfastes des écrans avec Dominic Arpin et de l’âge d’or au volant. La semaine prochaine, elle se penchera sur les chaînes de dons de reins, les médias sociaux au travail et la chirurgie esthétique au masculin.

«C’est ce que j’ai dit à France Beaudoin (qui produit l’émission), que je souhaitais avoir une conversation avec ces gens que je reçois. Parce que je ne suis pas journaliste. C’est sûr que je lis les recherches sur la personne, je veux être documentée et savoir à qui je parle, mais j’ai surtout envie d’entrer en contact avec quelqu’un et d’avoir un échange.»

«L’émission me donne envie de fouiller, après avoir traité d’un sujet, d’avoir l’avis de mes enfants et de mon chum, d’en parler avec mes amis», ajoute l’actrice et communicatrice.

C’est sur le plateau d’En direct de l’univers, où Guylaine Tremblay était allée chanter, il y a quelques mois, que France Beaudoin l’a approchée pour la première fois en vue d’un projet qu’elle développait avec sa boîte, Pamplemousse Média. Quelques semaines plus tard, France Beaudoin présentait à Guylaine le concept de Banc public en bonne et due forme.

«France m’a dit que ça faisait longtemps qu’elle me voyait là-dedans, précise Guylaine. On ne peut pas soupçonner ce que les gens voient en nous (rires). Mais je suis très contente!»

Banc public, le mercredi, à 20h, à Télé-Québec. En rediffusion le vendredi, à midi, et le dimanche, à 17h.

Guylaine Tremblay joue aussi dans la quatrième saison d’Unité 9, à Radio-Canada, et remontera sur les planches pour la première fois en quatre ans au Théâtre Jean-Duceppe, du 6 avril au 14 mai prochain, dans Encore une fois si vous le permettez, de Michel Tremblay, avec Michel Poirier à la mise en scène et Henri Chassé comme partenaire de jeu.

INOLTRE SU HUFFPOST

Lancement de la programmation 2015 de Télé-Québec

Popular in the Community

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.