Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Premier débat conservateur : Maxime Bernier et Steven Blaney croisent le fer sur la gestion de l'offre

Décidément, ils ne s'entendent pas sur le sujet.

OTTAWA – Les deux candidats québécois dans la course à la direction du Parti conservateur du Canada se sont affrontés sur l’importance du la gestion de l’offre lors du premier débat à Saskatoon, mercredi soir.

Le député de Beauce, Maxime Bernier, a indiqué qu’il était le « seul candidat » qui croyait réellement au libre-échange en agriculture, puisqu’il prône l’abolition de ce système en place depuis 1970.

« Je veux que les consommateurs canadiens paient la moitié du prix pour le lait, la volaille et les œufs. Lorsqu’on parle du libre-marché et du libre-échange, il est important de suivre ses principes », a-t-il martelé.

Ce système alloue des quotas aux producteurs de lait, d’œufs et de volailles afin de leur offrir un certain revenu, sans recevoir de subventions gouvernementales. En contrepartie, le fédéral s’engage à limiter les produits importés.

Bernier a précisé que la gestion de l’offre était un « irritant majeur » pour l’industrie américaine, puisqu’ils ne peuvent pas exporter tous leurs produits au Canada en raison des quotas de l’industrie.

« J’aime le libre-échange, mais j’adoooore mon lait canadien », a répliqué Steven Blaney, député de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis.

« Comment est-ce qu’un libertarien peut opposer un grand système qui coûte 0$ aux contribuables et offre aux Canadiens des produits de qualité à un coût abordable? Maxime, ton plan est un désastre aveuglé par l’idéologie », a-t-il enchaîné.

« Pourquoi est-ce que tu finances ta campagne sur le dos des familles dans nos circonscriptions, qui travaillent dur pour nourrir notre pays, avec des raccourcis intellectuels? »

Blaney a conclu en disant qu’il allait « toujours » soutenir la gestion de l’offre, tout comme Bernier l’avait fait lorsqu’il était au gouvernement.

Même si la protection intégrale de ce système fait partie de la constitution du Parti conservateur du Canada, une autre candidate s’est montrée ouverte à revoir cette politique.

La députée ontarienne Kellie Leitch a dit qu’elle serait prête à accepter l’abolition de la gestion de l’offre si les membres du parti votaient en faveur de cette mesure.

Le deuxième débat entre les candidats conservateurs aura lieu le 6 décembre, à Moncton, au Nouveau-Brunswick, et sera bilingue.

INOLTRE SU HUFFPOST

Parti conservateur: qui sont les candidats?

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.