Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Comme en 2011, Américaines et Japonaises s'affrontent en finale de la Coupe du monde

VANCOUVER, BC - JULY 05: A fan of Japan stands outside BC Place Stadium before Japan takes on the United States in the FIFA Women's World Cup Canada 2015 Final on July 5, 2015 in Vancouver, Canada. (Photo by Ronald Martinez/Getty Images)
Ronald Martinez via Getty Images
VANCOUVER, BC - JULY 05: A fan of Japan stands outside BC Place Stadium before Japan takes on the United States in the FIFA Women's World Cup Canada 2015 Final on July 5, 2015 in Vancouver, Canada. (Photo by Ronald Martinez/Getty Images)

L'entraîneur japonais Norio Sasaki avait le sentiment qu'il reverrait les États-Unis à nouveau. C'est pour lui une évidence que les deux équipes se retrouvent dimanche en finale de la Coupe du monde à Vancouver en Colombie-Britannique.

Les deux pays ont pris part à des duels mémorables au cours de la dernière décennie au soccer féminin.

« Je suis très reconnaissant d'avoir cette chance, a déclaré Sasaki avec l'aide d'un interprète. Je sens que c'est un peu le destin parce que nous jouons toujours en finale contre les États-Unis. »

Le Japon a eu le dessus sur les Américaines en 2011 en tirs de barrage, seulement quatre mois après qu'un tremblement de terre et un tsunami eurent ravagé le pays. Dans la préparation qui a mené au tournoi, les deux équipes ont disputé deux matchs préparatoires qui ont aidé les joueuses de Sasaki à évoluer.

« À cette époque, nous n'étions pas à un haut niveau, a-t-il dit. Lorsque nous étions dans une situation difficile, les États-Unis nous ont donné un coup de main en jouant contre nous. Nous avons été en mesure de grandir de cette manière. Nous avons beaucoup appris de ces matchs. »

Les Américaines ont obtenu leur revanche en battant le Japon en finale lors des Olympiques de Londres l'année suivante. Mais ce qu'elles veulent vraiment, c'est un autre titre à la Coupe du monde pour ajouter au triomphe de 1999 en sol américain.

« Nous sommes excitées. Ce sera un gros match, a déclaré l'entraîneure américaine Jill Ellis. Nous sentons que nous avons eu une bonne préparation et nous avons confiance en celle-ci. Nous avons hâte que ça commence. »

Sasaki est d'avis que la finale de dimanche, qui sera probablement disputée devant une foule majoritairement américaine au B.C. Place, mettra en évidence deux styles de jeu différents.

« La force des États-Unis, c'est leur puissance et leur organisation. La structure et la volonté de gagner. Elles sont très motivées, a-t-il fait valoir. Nous ne sommes pas aussi puissantes, mais nous avons les habiletés et les techniques. »

« Il y aura probablement plus d'amateurs américains, mais je crois que notre équipe sera capable de composer avec ça, » a conclu l'entraîneur japonais.

Le Japon, qui a battu l'Angleterre 2-1 en demi-finale, a pris l'habitude de marquer tôt dans les matchs à la Coupe du monde, une séquence que compte bien poursuivre la capitaine Aya Miyama.

« Je ne pense qu'à la victoire, a-t-elle déclaré. Ce qui est important, c'est de marquer en premier. Pendant le tournoi, nous avons marqué le premier but dans la majorité des rencontres et j'espère que nous pourrons aussi imposer notre rythme. »

INOLTRE SU HUFFPOST

Maradona

Les 5 films des amoureux de soccer

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.