Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

COVID-19: Trudeau ne regrette pas son expression «speaking moistly»

En avril, cette étrange expression du premier ministre en avait faire rire plusieurs et était devenue virale.
Le premier ministre du Canada Justin Trudeau.
La Presse Canadienne/Sean Kilpatrick
Le premier ministre du Canada Justin Trudeau.

Le premier ministre Justin Trudeau a avoué que bien qu’il y a eu «beaucoup de rires» après qu’il eut prononcé les mots «speaking moistly» («parler avec humidité») lors d’une mise à jour sur le coronavirus en avril, il ne regrette pas d’avoir inventé cette phrase grossière.

Le premier ministre a été invité à revoir le clip viral lors d’une entrevue avec Dina Pugliese-Mirkovich de Breakfast Television, mercredi. Malgré son propre malaise au départ, M. Trudeau a laissé entendre que le message qui se cache derrière cette phrase inédite a perduré pendant la pandémie.

«Je savais que ce n’était pas la bonne chose à dire, mais en même temps, si ce message a été transmis, c’est un bon message», a déclaré le premier ministre. «Ne respirez pas sur les gens. Assurez-vous de vous protéger en gardant vos distances.»

Trudeau tenait des conférences de presse quotidiennes devant son domicile d’Ottawa au début de la pandémie. C’est lors de la mise à jour du 7 avril qu’il a encouragé les Canadiens à porter des masques et à respecter les règles d’éloignement physique afin de limiter la transmission du virus au sein de la communauté.

Moment de légèreté lors d’une conférence de presse. Réponse de Trudeau sur les masques non médicaux, avec un rire: «Ça vous empêche de parler aux gens de manière humide - quelle image terrible.»

Poursuivant son message, il avait demandé aux Canadiens d’éviter de «parler de façon humide» avec les autres - une phrase si inattendue qu’elle a touché une corde sensible chez les téléspectateurs, inspirant des musiciens à la transformer en chansons accrocheuses.

Mais malgré les riffs musicaux d’un message de santé publique devenu viral, la transmission de COVID-19 n’a pas cessé de croître.

“J’accepte les moqueries si ça permet de sauver des vies et d’aider les gens à s’en sortir, peu importe à quel degré.”

- Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Le Canada est actuellement dans une deuxième vague. Le nombre de cas positifs est désormais nettement plus élevé que lors de la première vague, la population ayant augmenté les contacts familiaux, de quoi épuiser ceux qui tentent de retracer les contacts ainsi que les travailleurs de la santé.

Au cours de la première vague, lorsque Trudeau a prononcé pour la première fois les mots «parler avec humidité», environ 345 décès au Canada avaient été liés à la COVID-19.

Huit mois plus tard, au moins 13 659 décès au Canada ont été liés au nouveau coronavirus, en date du 15 décembre.

Alors que les premières livraisons du vaccin Pfizer-BioNTech ont déjà traversé le pays pour commencer la vaccination des travailleurs de la santé et des résidents des établissements de soins de longue durée, la campagne de vaccination de masse pour le reste de la population est prévue dans plusieurs mois.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l’anglais.

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.