Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.
The Blog

Les suppôts de Trump au Québec

Mais qui sont donc ces gens qui appuient Donald Trump au Québec?

Au terme des primaires en Indiana, la victoire annoncée de Donald Trump à la convention républicaine de Cleveland suscite un certain intérêt, de même qu'un nombre important de réactions sur les réseaux sociaux au Québec. L'homme ne laisse personne indifférent, et si l'on en croit un sondage CROP-La Presse publié en mars 2016, Trump ne passerait pas la barre électorale ni au Québec, ni au Canada. Dieu merci.

Mais qui sont donc ces gens qui appuient Trump au Québec ?

La droite. Quelle droite?

Plusieurs ont l'impression que Donald Trump est un représentant de la droite en politique. Pourtant, quand on analyse certaines des positions de Trump, surtout celle en matière de régime de santé, on s'aperçoit qu'il est plutôt en harmonie avec le «Obamacare». Idem pour sa politique naïve de protectionnisme économique qui est, en général, l'apanage des partis politiques de gauche, et largement prêchée par le candidat à l'investiture démocrate Bernie Sanders.

Pourtant, dans l'imaginaire populaire, beaucoup ont l'impression que Trump incarne les valeurs de la droite américaine, alors que c'est plutôt Ted Cruz et les fidèles du Tea Party qui en sont les porte-étendards - parfois extrêmes et hystériques. D'ailleurs, Ted Cruz a sans doute plus d'affinité avec le Parti conservateur du Québec que Trump.

Les adeptes de la droite au Québec qui admirent Trump le font surtout pour son passé d'homme d'affaires au succès «incontestable». Je le dis entre guillemets, puisqu'il s'agit d'une analyse tout à fait sans fondement, Trump ayant joué avec les règles du système, cumulé les faillites, et ayant entraîné le chaos économique partout où il est passé. Parlez-en aux citoyens d'Atlantic City, où trônent les ruines de son «pseudo» empire.

Trump, un réactionnaire du National Enquirer.

Quand on fouille les commentaires des réseaux sociaux sur la toile du Québec, on s'aperçoit assez rapidement que les adeptes de Trump sont plutôt séduits par ses déclarations idiotes et insensées portant sur l'immigration, le mur avec le Mexique, ses états guerriers, les musulmans et sa campagne de haine envers ses adversaires. Comme le dit l'adage populaire : «Lui, y dit les vraies affaires». Ou bien : «Lui, il dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas.»

Ces Québécois - séduits par Trump et ses thèmes racistes et xénophobes - le sont aussi. Identitaires et souvent séparatistes de la vieille école du chanoine Lionel Groulx, ils sont tout aussi portés par une ignorance crasse des rouages du droit international, des traités commerciaux et de la Constitution américaine. Bref, une vision tout à fait simpliste et féérique de la politique. Au mieux, cette clientèle analphabète politique va nous servir en dernier argument «que la révolution s'en vient inévitablement».

Évidemment, il ne faut pas négliger cette meute identitaire nationaliste d'angry white men enragés qui déverse son fiel tous les jours sur les réseaux sociaux en taxant les politiciens de pourritures et de charognes. Et c'est ce que Trump fait depuis des mois en excitant la haine et en érigeant en vérités des préjugés et de fausses prémisses qui pourraient remettre en péril l'équilibre de notre société nord-américaine.

Heureusement que cette meute bruyante et sous-instruite - au Québec comme aux États-Unis - ne compte que pour 30 % de la population. Comme son leader naturel Donald Trump, elle est une fidèle lectrice du National Enquirer.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les polémiques de Donald Trump en campagne

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.