Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Élections partielles : «Un vote de confiance envers le gouvernement», disent les députés élus

La victoire du Parti libéral aux élections partielles, hier soir, est d'abord « un vote de confiance » à l'endroit du gouvernement Couillard, croient les deux députés élus dans les circonscriptions de Chauveau et Jean-Talon.

En entrevue à l'émission Première heure à Radio-Canada, Véronyque Tremblay et Sébastien Proulx ont soutenu que les citoyens de Chauveau et de Jean-Talon se sont exprimés clairement sur le bilan du gouvernement.

« Oui, je l'ai senti sur le terrain que les gens sont fiers de ce que fait le gouvernement Couillard depuis un an, l'assainissement des finances publiques. Un gouvernement qui a le courage d'agir », a affirmé la nouvelle députée de Chauveau.

Véronyque Tremblay a causé la surprise en battant la caquiste Jocelyne Cazin par 1938 voix. Chauveau était un fief adéquiste et caquiste depuis 2007.

L'ex-journaliste a aussi attribué sa victoire au « facteur local », puisqu'elle habite dans Chauveau contrairement à Jocelyne Cazin. Cette dernière s'est fait reprocher à maintes reprises durant la campagne d'être « parachutée » dans la circonscription.

Ancien membre de l'Action démocratique du Québec (ADQ) avant sa fusion avec la CAQ en 2012, Sébastien Proulx est d'avis que la victoire des libéraux dans Chauveau et Jean-Talon est un « vote de confiance et de crédibilité » à l'endroit du gouvernement Couillard.

« Effectivement, les gens de Québec sont très près de ces valeurs-là et ont le même objectif. On souhaite moderniser le Québec, redresser les finances publiques et relancer l'économie de tout le Québec », a dit le député.

Sébastien Proulx affirme que son ancienne formation politique prônait ce besoin de « faire le ménage » dans les finances publiques, une idée qui est aujourd'hui portée par les libéraux, à son avis, et non par la CAQ.

« Lorsqu'on regarde l'offre politique au Québec, je pense que les gens ont confiance et que la crédibilité se retrouve là », dit-il.

Véronyque Tremblay refuse pour sa part de qualifier les politiques du gouvernement Couillard « d'austérité », mais insiste pour parler de « rigueur budgétaire. »

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.