Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

«Big Brother Célébrités»: le titre de «patronne du dodo» ne plaît vraiment pas à Geneviève Borne, elle nous explique pourquoi

Non, elle n'ira pas prendre un café avec François Lambert.
Geneviève Borne
Noovo
Geneviève Borne

Réglons une chose tout de suite. Geneviève Borne n’ira pas prendre un café avec François Lambert, malgré l’invitation que ce dernier lui a lancée lors de son élimination.

La première joueuse expulsée du jeu l’assure: elle ne regrette en rien sa participation à l’aventure Big Brother Célébrités. En entrevue vidéo en fin d’après-midi lundi, elle est d’ailleurs tout sourire et prend visiblement les choses du bon côté. Mais attention, elle n’hésite pas à faire voir des crocs quand vient le temps d’évoquer sa mise en danger préparée par François Lambert, et la fameuse étiquette de «patronne du dodo» que ce dernier lui a accolée.

Une étiquette avec laquelle elle compte bien s’amuser, toutefois, et qu’on pourrait bien revoir ailleurs...

C’est donc sans surprise qu’elle ouvre la discussion en évoquant cette controverse, discussion où il sera également question de l’étrange discours de Claude Bégin, des salaires versés aux participants ainsi que des joueurs qu’elle aimerait voir aller loin...

Pour nous remettre en contexte, peux-tu nous parler de la chronologie des principaux événements de la semaine?

J’aime ça que tu me poses cette question-là, parce que ça fait toute la différence pour comprendre l’histoire. Nous, on est entrés dans la maison le vendredi matin 8 janvier. Aussitôt entrés, on faisait la compétition pour savoir qui allait être le patron de la maison. Ensuite on s’est installés, on a visité la maison, on a choisi notre lit, entré nos bagages. Il était rendu très tard vendredi soir et on jasait encore dans notre chambre. Tout à coup, la voix de Big Brother nous a dit: «Candidats célébrités, vous serez réveillés à 7h30». Moi je fais «Hein? C’est donc bien de bonne heure.» [...] Il était 2h30. Je me suis dit «Heille, on va dormir cinq heures, ça n’a pas de bon sens.» Donc j’ai dit «Dodo, dodo, dodo!» en pensant qu’on n’y arriverait pas avec toutes les activités du lendemain. Je l’ai dit UNE fois.

Mais les téléspectateurs l’ont vu plusieurs fois...

Et ç’a été monté en épingle. Et François Lambert a pogné ça. C’est vrai que les filles plus jeunes ont réagi en pensant que ce serait plate dans le dortoir. François a sauté là-dessus. Il devait prendre quelqu’un pour remplacer Marie-Chantal, mais personne n’avait rien fait de mal. Quand il a mis Marie-Chantal et Claude en danger, il leur a donné des raisons. [...] Là, il ne savait pas qui mettre. Alors il est parti sur la «patronne du dodo». Oui, ça avait fait parler un peu, mais c’est devenu «la police du dodo, on va la mettre dehors». Et tout ça, c’est arrivé le premier week-end.

Tu n’avais pas saisi l’ampleur de la situation avant de visionner les épisodes à ta sortie.

Pas pantoute. Et le pire, c’est que moi je suis une couche-tard! Je me couche à 3h du matin tout le temps. C’est vrai que les filles ont dit à François que ce serait plate. Sauf que toute la semaine ensuite, il n’y a pas trop d’activité, on peut dormir le matin. Je me suis couchée à 2h ou 3h du matin tout le temps. [...] Donc les filles qui me trouvaient, disons, straight, me disaient «Heille tu te couches tard.»

Sais-tu ce qu’on a fait cette semaine? On a joué à la cachette, on a joué à la boulette, on a chanté des chansons dans le salon, on a fait une discothèque dans la cuisine, on a fait un salon de coiffure - ça vous l’avez vu. Mais vous n’avez pas vu tout ça. Donc tu ne sais pas que moi je me couchais à 3h du matin.

“Je trouve qu’au lieu de me faire juste une jambette, il a sorti le bazooka.”

- Geneviève Borne, sur la stratégie de François Lambert

Donc finalement, même toi qui est une fille de télé, tu regardes le résultat final et tu réalises que, dans les téléréalités, ils peuvent faire ce qu’ils veulent au montage. Es-tu fâchée de ça?

C’est sûr que je trouve que François Lambert y est allé fort. C’est un jeu. Chacun a sa stratégie. [...] Je trouve que la chose fair, qui aurait été dure quand même, mais fair ç’aurait été que François me dise: «Je te mets en danger parce qu’il paraît que tu es la police du dodo et qu’il faut dormir. Ce n’est pas comme ça en communauté.» J’aurais fait «Ok, je m’en vais me battre», [comme Marie-Chantal a pu faire].

Moi, pendant la semaine j’ai eu du fun avec tout le monde. Et s’il y a eu une perception de la «police dodo», ç’a pris le bord. Mais c’était un filon, alors que je ne l’ai dit une fois.

Vas-tu accepter l’invitation de François d’aller prendre un café?

Ah non. S’il m’avait ouvertement dit «je te mets en danger», oui, j’aurais été capable. Mais je trouve qu’au lieu de me faire juste une jambette, il a sorti le bazooka. [...] Mais il est bon. Il est fort. Mais je ne sais pas pour combien de temps. Là j’ai vu les épisodes, je vois qu’il joue dans les deux gangs. Je ne sais pas ce qu’il va faire.

Qu’as-tu pensé du discours mimé de Claude Bégin?

Je n’étais pas étonnée. Claude, c’est un gars de peu de mots. C’est un gars timide, réservé. Moi je suis plus habituée de parler. Lui s’est dit qu’il allait mimer quelque chose que les gens allaient comprendre. Je suis partie à rire.

Et moi, honnêtement, j’étais prête à partir. J’allais m’en aller chez nous, retrouver mes amis avec qui je suis safe, regarder ça à la télé. Une semaine, c’est bien suffisant, c’est très intense. Mais en même temps, je ne regrette pas parce que c’était fascinant. De sortir de la pandémie, de me retrouver dans une grande maison, de chanter avec du monde, de danser. Ça fait un an qu’on n’a pas fait ça!

“François est un excellent joueur, mais il faudrait qu’il fasse attention pour ne pas blesser les gens trop fort, même si c’est sûr qu’il y a des trahisons. Tu n’es pas obligé de mettre ça à «High» tout le temps.”

- Geneviève Borne

Qui pourrait aller loin selon toi?

Moi je souhaiterais que ce soit quelqu’un avec un grand coeur qui gagne. Comme Kim Clavel, qui se servirait si bien de cet argent-là pour son entraînement. Ou Emmanuel Auger, qui a trois enfants, ça lui serait très utile.

Parlant d’argent. Le chroniqueur Hugo Dumas a rapporté dans La Presse que les joueurs seraient payés entre 6000 et 7000$ par semaine pour leur participation à cette téléréalité. Est-ce que tu penses que ça change la vision du public du jeu?

Il y a peut-être des gens qui vont y voir des artistes gâtés qui se sortent de la pandémie et qui sont payés en plus. Mais imagine une fille comme Kim Clavel, si elle reste 10 semaines, c’est peut-être 70 000$ qu’elle obtient. Il y a aussi le fait que François Lambert est très riche. S’il gagne, il sera mal à l’aise de garder le prix parce qu’il sait que ce n’est pas lui qui en a le plus besoin. Mais, en effet, François Lambert est payé chaque semaine. L’affaire, c’est que pendant que tu es «en-dedans» tu ne peux pas faire tes autres occupations, donc il faut que tu sois payé. C’est sûr qu’il y en a qui n’aurait rien eu d’autre à l’extérieur donc ça tombe du ciel.

Il faut dire que tu es filmé 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Le montant a l’air d’être beaucoup, mais si c’est calculé par heure de captation… Ça dépend comment tu vois ça. Dans mon cas, je suis partie alors tant pis pour l’argent. Tant pis pour l’argent parce que de toute façon mon bien-être n’a pas de prix.

Ç’a été plus intense que ce à quoi tu t’attendais?

Oui, mais ça s’enlignait pour être très smooth jusqu’à ce que je me fasse mettre en danger. Au début, c’était très relax. Mais je n’ai pas de regrets. Je suis contente de l’avoir fait, ça m’a sortie de ma zone de confort, je savais que ce n’était pas vraiment dans ma nature. Mais je ne regrette jamais mes expériences, les expériences de vie sur mon parcours. J’ai vécu quelque chose d’unique. Je pourrai me rappeler qu’en pandémie, je me suis retrouvée dans une maison avec quatorze personnes, on a dansé, on a chanté et on a mangé ensemble et c’est extraordinaire.

Big Brother Célébrités est diffusée du dimanche au jeudi, sur les ondes de Noovo.

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.