Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Militer contre l'avortement tout en étant transgenre (VIDÉO)

OTTAWA – La pancarte arc-en-ciel d’Alan Trahan détonnait dans la foule de pancartes blanches et rouges à la Marche pour la vie, sur la colline du Parlement, jeudi.

Le rendez-vous annuel, qui a rassemblé des milliers de militants contre l’avortement, a attiré des membres des communautés religieuses, des personnes âgées, des jeunes familles, mais aussi un jeune transgenre.

Tout comme les autres manifestants présents sur place, Alan Trahan pense que le fœtus est un être humain dès le moment de sa conception et qu’un avortement constitue un meurtre.

« La vie, c’est le droit le plus important pour l’humain, c’est le choix le plus important à défendre. Sans le droit de vivre, rien n’est possible. C’est la fondation de tout », a-t-il expliqué en français.

À son avis, il n’y a pas de contradiction entre le mouvement LGBTQ2 et le mouvement pro-vie. En fait, il ne s’associe à aucun parti politique en particulier et pense qu’il faut cesser de classer les gens selon des « listes » préétablies.

« C’est un mix, c’est plus compliqué », explique Alan Trahan.

Accompagnée de sa femme Billie, il compte ressortir sa pancarte qui revendique le droit à la vie tous les ans.

Précision : Une version antérieure de cet article faisait référence au genre féminin. Nous l'avons modifié au masculin pour mieux refléter la réalité d'Alan.

INOLTRE SU HUFFPOST

Des députés à Ottawa contre l'avortement

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.