Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Explosion des places en garderies privées, selon l'IRIS

QUÉBEC – Le nombre de places en garderies privées a connu une augmentation de 1042% depuis 2007, selon l'Institut de recherche et d'informations socioéconomiques (IRIS).

Le think tank de gauche estime que les gouvernements libéraux ont «saboté» le réseau public de CPE.

«Les chiffres parlent d'eux-mêmes : alors que les garderies privées non subventionnées (GPNS) offraient 4538 places en 2007, elles en géraient 51 843 en 2015, soit une hausse totale de 1042%. Pour rendre cela possible, le gouvernement a bonifié le crédit d'impôt pour service de garde, a mis en place la modulation des tarifs en fonction du revenu et a coupé dans les subventions des services de garde publics», affirme dans un communiqué Eve-Lyne Couturier, chercheure à l'IRIS et auteur du rapport.

Pourtant, les garderies privées offrent un service de qualité moindre que le réseau public, poursuit l’IRIS.

«Quand on regarde la qualité d'ensemble de leurs services avec les poupons (0-18 mois), 67% des CPE reçoivent une évaluation bonne ou excellente, contre seulement 7% pour les GPNS», écrit l’organisme.

Les garderies privées non subventionnées recevraient également 4,5 fois plus de plaintes que les CPE.

«On voit bien que le réseau public est supérieur, mais la question que l'on doit se poser, c'est pour combien de temps encore? Avec un réseau de plus en plus atrophié, il y a nécessairement un danger que le public devienne aussi médiocre que le privé», affirme Philippe Hurteau, également auteur de l'étude, dans le même communiqué.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les plus belles cabanes dans les arbres

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.