Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Les Torontois se ruent à l'exposition de Yayoi Kusama

L'exposition à l'ambiance kaléidoscopique rassemble tableaux, sculptures et installations immersives.

Depuis le 3 mars, des milliers de Torontois ont pris d'assaut le Musée des beaux-arts de l'Ontario (AGO) pour voir l'exposition Infinity Mirrors de l'avant-gardiste Yayoi Kusama. Les œuvres de l'artiste japonaise aux tenues excentriques y sont présentées pour la première fois au Canada.

L'exploit est phénoménal. En seulement trois heures, plus de 100 000 billets ont déjà été vendus. Plusieurs raisons expliquent cet engouement. Tout d'abord, l'expo, accessible jusqu'au 27 mai, est une primeur pour le musée de la Ville Reine qui sera la seule institution au Canada à accueillir ce rendez-vous artistique exceptionnel.

Ensuite, Infinity Mirrors est l'opportunité unique de découvrir au pays le travail de Yayoi Kusama illustré par des pois («dots» en anglais) de multiples couleurs vives représentant les fleurs et les souvenirs de son enfance. La Japonaise souffre d'une peur accrue des espaces vides qu'elle exorcise à travers ses obsessions de l'infini. Répartie dans six salles du musée, l'exposition à l'ambiance kaléidoscopique rassemble tableaux, sculptures et installations immersives.

Aujourd'hui âgée de 89 ans, l'artiste contemporaine de renommée internationale, personnalité vedette au Japon qui a choisi de vivre dans un institut psychiatrique depuis 1977, accumule une carrière unique entamée dans l'univers underground new-yorkais des années 1950 auprès de Mark Rothko, Barnett Newman ou Andy Warhol.

À voir également :

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.