Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Citoyenneté canadienne pour Raïf Badawi : son épouse «déçue» du refus du gouvernement Trudeau

OTTAWA – L’épouse de Raïf Badawi se dit « déçue » du « manque de réactivité » du gouvernement Trudeau, alors que son mari est toujours emprisonné en Arabie saoudite et condamné à 1000 coups de fouet.

Le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, refuse d’accorder la citoyenneté au blogueur sous prétexte que cela n’aiderait pas davantage sa cause. L’Arabie saoudite ne reconnaît pas la double citoyenneté, dit-il.

Ensaf Haider pense pour sa part que cette hésitation à agir est un signe de « réticence » de la part du Canada.

Le Québec s’est déjà engagé à accueillir Raïf Badawi en lui délivrant un certificat de sélection « humanitaire ». La province espérait envoyer un « signal fort » au fédéral pour aider la cause du blogueur, dont la famille réside à Sherbrooke.

La ministre des Relations internationales, Christine St-Pierre, demandait au gouvernement conservateur de Stephen Harper de faire pression afin d’autoriser la libération de Badawi et faciliter son immigration au Canada.

Depuis l’élection du gouvernement Trudeau, le ministre Dion a demandé à l’Arabie saoudite de faire preuve de « clémence » à l’égard du jeune père de famille.

Mais il a aussi été critiqué à propos de la vente de véhicules blindés – un contrat de 15 milliards de dollars que le fédéral n’avait pas l’intention de canceller.

Le ton a toutefois changé : un porte-parole du ministre Dion a indiqué au Globe and Mail que le Canada pourrait suspendre ou annuler ledit contrat si la situation des droits de l’homme continue de se détériorer en Arabie saoudite.

Qui est Raif Badawi?

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.