Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.
The Blog

LNH: la logique est respectée

Bettman peut se réjouir: il pourra encore gager sur le futur de sa ligue dans la ville du péché, et nous continuerons à rêver d'une équipe plus nordique.

Quoi qu'en pensent les partisans fanatiques de la Flanelle, il était tout à fait logique, et même prévisible, que la finale de la Coupe Stanley opposerait Tampa Bay à Chicago. Il ne fallait pas s'attendre à plus d'une équipe dont la puissance à l'attaque se limitait à gagner des parties au pointage de 1-0 ou de 2-1.

Faisons ensemble un bref survol de cette saison qui nous mène au spectacle qui débute entre la ville des vents et celle de la foudre.

Certaines équipes se sont contentées de parader dans le grand cirque de la Ligue nationale de hockey. C'est le cas des Sabres de Buffalo, dont la lame pliait au moindre choc. Les Coyotes d'Arizona, possiblement affamés dans leur désert, ne savaient pas comment se comporter sur la glace et rêvent encore de pouvoir se mettre sous la dent un marché plus juteux et avide d'acclamer des performances sportives. Comme à plusieurs endroits, à Toronto les Feuilles d'érable sont tombées à l'automne et n'étaient pas visibles le printemps venu, mais les prévisionnistes leur promettent une bonne saison l'année prochaine et une lente ascension dans l'avenir. Les Pétroliers d'Edmonton n'ont pas réussi à lubrifier le désir de vaincre de leurs adversaires et ont terminé la saison aussi malpropres que les sables bitumineux de leur entourage.

En Caroline, les Ouragans semblaient avoir le souffle court et n'ont pas dépeigné leurs opposants. Tout au plus, ils ont parfois déplacé les Feuillets de Philadelphie. Les bons Diables du New Jersey n'ont pas effrayé qui que ce soit sur leur passage. Les Vestons bleus de Columbus n'ont pas fait mieux que les Requins de San Jose qui, eux, semblaient moins effrayants que ceux que l'on voit dans les films.

Après une saison prometteuse l'année précédente, l'Avalanche s'est abattue sur sa ville du Colorado plutôt que sur les adversaires. L'équipe a été emportée par la tempête. Plus au sud, les Panthères de la Floride n'ont pas rugi très fort, en tout cas pas assez pour apeurer la compétition, et les Étoiles ont été bien pâles et peu reluisantes dans le ciel de Dallas.

Les ex-Rois de Los Angeles ont été détrônés. Ils n'ont pas été plus attrayants que les Bruns de Boston. Contrairement à ce que disent les plus bruns d'entre nous, les Denis Drolet, ce n'était pas «fantastique». Il semble même que leur entraîneur pourrait être dans la vase. La même couleur, quoi.

Ensuite, a débuté la deuxième saison, celle qui départage les adultes des enfants. Les Canards d'Anaheim n'ont pas été menacés par les Gicleurs de Winter-peg. Même si l'accueil était glacial, les Canards sont retournés chez eux avec la palme. Pendant ce temps-là, les Prédateurs de Nashville ont été une proie relativement facile pour les Aigles noirs de Chicago, eux-mêmes de grands oiseaux de proie.

Les Flammes de Calgary ont eu le dessus sur les Canayens, puisque le vent couvert n'était pas suffisant pour éteindre la braise qui animait les cow-boys. Saint-Louis a vécu de nouveau le Cafard après avoir visité la Région sauvage du Minnesota.

Plus à l'est, un Éclair de Tampa Bay s'est abattu sur les Ailes rouges de Détroit, une vieillissante armée rouge. À Montréal, les Canadiens ont empêché les Sénateurs d'Ottawa de faire la loi, leur projet n'étant pas admis au deuxième tour. Les Insulaires de New York ont vu les Majuscules de Washington mettre un point final à leur belle saison, tandis que les Pingouins de Pittsburgh, décimés par des problèmes de santé, ont été écartés par les Gardes forestiers de New York.

Au deuxième tour, les Canards ont survolé les Flammes sans se brûler les pattes, la ville des vents a balayé une Région sauvage moins dangereuse qu'elle n'en avait l'air. Les Commandos de New York ont pris le contrôle de la Capitale et la Foudre s'est abattue sur les Canadiens.

En troisième ronde éliminatoire, la logique a prévalu puisque les Aigles noirs ont bouffé du Canard en étirant la sauce pendant que New York a subi la Foudre de Tampa Bay, un Éclair de génie sur glace.

Les amateurs et les connaisseurs peuvent faire leurs prédictions et chacun aura raison jusqu'à la quatrième victoire de l'une ou l'autre des équipes. La tendance des dernières années fait que la Coupe Stanley semble avoir pris le goût de l'ouest, est-ce qu'un Éclair suffira pour renverser la tendance?

La logique s'arrête là puisque le commissaire de la ligue, le petit colonel Bettman, peut se réjouir: les champions du sport national canadien représenteront une équipe américaine. Aussi, il pourra encore gager sur le futur de sa ligue dans la ville du péché, sachant que tout ce qui arrive à Las Vegas reste à Las Vegas. Et nous continuerons à rêver d'une équipe plus nordique.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Le hockey du bon vieux temps

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.