Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

FrancoFolies 2013 : Lisa Leblanc au Métropolis (PHOTOS, VIDÉO)

MONTRÉAL - Autre spectacle-événement couru pour la très populaire Lisa Leblanc qui jouait aux FrancoFolies, jeudi soir, à Montréal. Décidément, les gens ne se tannent pas de la cool et attachante Acadienne qui connaît un succès populaire et commercial incroyable au Québec. Une autre salle pleine (elle avait rempli l'Olympia en janvier) pour la chanteuse qui semble tout réussir. Authentique, sans fla-fla et drôle comme à l'habitude, Lisa LeBlanc a une fois de plus donné un excellent concert avec sa musique folk trash.

Énergie lumineuse et contagieuse, humour débridé, simplicité déconcertante, rien ne change vraiment pour Leblanc qui semble frapper dans le mille à chaque fois.

« C'mon premier Métropolis ever », lance-t-elle après les chansons Motel et J'pas un cowboy (« mais j'aime ça prétendre que je l'suis »). Un tollé d'applaudissements et de sifflets s'en suit. Dans la place, le public est visiblement conquis d'avance. C'est du moins l'impression qu'on a tous à entendre les deux milliers d'amateurs et plus qui chantent notamment les paroles de« Plate à mourir » ou encore de l'immortelle « Ma vie c'est d'la marde » (pourra-t-elle s'en débarrasser un jour en concert ?...).

Sur scène, elle est entre autres accompagnée de ses acolytes musiciens Maxime Gosselin et Jean-Philippe Hébert. Elle recevra par ailleurs quelques invités durant la soirée dont une autre saveur acadienne Les Hay Babies, qui ont remporté récemment le concours des Francouvertes. Avec ce jeune trio féminin, elle jouera Néguac and back, balade inspirée du bluegrass et du country. Mama Rosin aussi sera de la partie avec « la toune » Y fait chaud.

Autre surprise quand un ancien professeur de musique arrivera sur scène pour interpréter avec Lisa la pièce J'técris une chanson d'amour. Belle complicité pour cette version intimiste offerte toute en douceur. Dans la pure tradition Lisa Leblanc, la joueuse de banjo la plus populaire de l'heure recevra ainsi de nombreuses personnes durant la soirée.

Les spectateurs dans sa manche

Toute la durée du spectacle, la foule enthousiaste semble comblée, que ce soit aux morceaux Cerveau ramolli, Rouspéteuse, à la poignante chanson Ligne d'Hydro ou encore à la nouvelle Downtown, la contagieuse auteure-interprète a les festivaliers dans sa manche. Et que dire du gros jam sale sur Ace of Spades, qui résonne dans tout le Métropolis et qui fait crier des centaines de personnes.

Soulignons néanmoins les quelques moments de fragilité durant ce concert à fond de train : sur Juste parce que j'peux, Lisa Leblanc se fera fragile et empreinte de tendresse, assise seule à la guitare. Et oui, Lisa LeBlanc c'est peut-être une rassembleuse cow-girl de party, mais elle sait quand même jouer avec les émotions.

Nous l'avons déjà écrit, le génie musical n'est pas la marque de commerce de l'Acadienne, mais son indéniable talent prend doublement d'ampleur quand elle arpente le territoire de la scène.

INOLTRE SU HUFFPOST

FrancoFolies: 20 juin 2013
Francofolies 2013: quelques artistes

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.