Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

L'homme d'affaires François Lambert s'oppose au droit de grève des étudiants

«Les étudiants vont débrayer à compter de lundi prochain! Pourquoi? Ils ne savent même pas eux-mêmes!»
Courtoisie

«Les étudiants vont débrayer à compter de lundi prochain! Pourquoi? Ils ne savent même pas eux-mêmes! Ah oui, ils sont contre l’austérité! Ont-ils déjà géré un budget? Connaissent-ils la différence entre gestion des dépenses et compressions des investissements?» C’est ainsi que l’homme d’affaires François Lambert a fait savoir, mardi, qu’il s’opposait catégoriquement au droit de grève des étudiants.

À moins d’une semaine de l’entrée en grève de plus de 38 000 étudiants, François Lambert ne s’en cache pas pour exprimer sur sa page Facebook son opposition au droit de grève des étudiants.

Selon le richissime homme d’affaires, les étudiants veulent déclencher la grève afin de «servir l’égo de leurs dirigeants».

«Nous connaissons tous Léo (Bureau-Blouin), Martine (Desjardins) et Gabriel (Nadeau-Dubois) à la suite des grèves de 2012... leurs remplaçants cherchent le “spotlight”, rien d’autre!» écrit-il.

François Lambert, qui a fait fortune dans le monde des télécommunications avant d'investir dans l’immobilier, explique que s’il était étudiant, il refuserait de «mettre son futur en péril» et «son droit à l’éducation» en question.

«Si j’étais étudiant, je serais furieux d’être forcé à la grève et je traverserais les lignes de piquetage!»

- François Lambert.

Selon le site printemps2015.org, près de 38 000 étudiants seront en grève à compter du 21 mars pour dénoncer les mesures d'austérité du gouvernement Couillard.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les compressions du gouvernement Couillard

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.