Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Pas le temps de contourner les règles ou de partir dans le Sud, affirme François Legault

Il a souligné que ce n’était «pas le temps de trouver un truc pour ne pas se faire pogner», faisant référence à ceux qui veulent se rassembler.
Paul St-Pierre Plamondon (reflet dans le plexiglass), Dominique Anglade, François Legault et Manon Massé.
Paul Chiasson/La Presse canadienne
Paul St-Pierre Plamondon (reflet dans le plexiglass), Dominique Anglade, François Legault et Manon Massé.

Le premier ministre du Québec, François Legault, a demandé mardi aux Québécois de ne pas essayer de contourner les règles sanitaires mises en place pour le temps des Fêtes. Il a aussi recommandé de ne pas aller en voyage à l’extérieur du pays, même si cela est permis.

Accompagné des chefs des trois partis d’opposition durant une conférence de presse à Montréal, M. Legault a affirmé que ce n’était «pas le temps de trouver un truc pour ne pas se faire pogner», faisant référence à ceux qui veulent se rassembler malgré l’interdiction du gouvernement. «C’est le temps d’être responsable», a-t-il ajouté.

François Legault a repris ses rencontres hebdomadaires avec la libérale Dominique Anglade, la solidaire Manon Massé et le péquiste Paul St-Pierre Plamondon puisque l’Assemblée nationale est en pause. Les quatre chefs ont voulu envoyer un message commun pour demander aux Québécois de respecter les consignes afin d’éviter d’augmenter la pression sur le système de la santé.

«C’est important qu’on soit unis pour carrément sauver notre réseau de la santé», a mentionné le premier ministre.

M. Legault a indiqué que la situation était encore «très fragile» et que le chiffre qui est le plus inquiétant, c’est celui des hospitalisations. Il y a actuellement 1055 personnes hospitalisées en raison de la COVID-19. Il a également déclaré que 7000 travailleuses et travailleurs de la santé sont en congé maladie.

EN VIDÉO: la conférence de presse des quatre chefs de l’Assemblée nationale


«Le moindre que l’on peut faire, c’est de penser à eux (travailleurs de la santé) et tout faire pour les aider. Ça veut dire suivre les consignes pour éviter d’être à l’hôpital à cause de la COVID-19», a-t-il lancé.

Des mesures strictes demandées pour le retour de voyage

Si le gouvernement fédéral ne précise pas des mesures plus strictes pour le retour des voyageurs, M. Legault pourrait lui-même se montrer plus sévère.

«Ce n’est pas le temps non plus d’aller dans le Sud, même si c’est permis. Il y aura des mesures très sévères en place quand les personnes vont revenir du Sud pour faire leur quarantaine», a exprimé M. Legault.

Le premier ministre Legault a affirmé être sur la même longueur d’onde que le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford. Lui aussi a dénoncé la lenteur du gouvernement fédéral à intervenir, alors que les aéroports et les frontières relèvent du fédéral, non des provinces.

M. Ford s’est dit prêt à imposer des tests de dépistage aux vacanciers qui reviennent, voire à leur imposer une quarantaine dans des hôtels.

Interrogé à ce sujet, M. Legault s’est dit ouvert aux mêmes restrictions, sans toutefois avoir annoncé de décision en ce sens. Mais il s’attend à plus de la part du gouvernement fédéral et veut savoir quelles mesures seront prises pour s’assurer que ces vacanciers respecteront la quarantaine à leur retour et les consignes sanitaires.

Mardi, le ministère de la Santé a signalé 2183 nouveaux cas de COVID-19. C’est la quatrième journée de suite avec plus de 2000 nouvelles infections.

Sept personnes de plus étaient hospitalisées, pour un total de 1055, mais neuf de moins l’étaient aux soins intensifs, soit 137. Des 28 décès recensés mardi, dix étaient survenus dans les 24 dernières heures, 14 entre le 15 et le 20 décembre, un avant le 15 et trois à une date inconnue.

Avec La Presse canadienne

À VOIR ÉGALEMENT:

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.