Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Guy Turcotte de retour en cour à Saint-Jérôme

Courtoisie

Guy Turcotte est présent au palais de justice de Saint-Jérôme afin d'entendre une requête en prévision de la tenue de son deuxième procès pour le meurtre de ses deux enfants. Le juge André Vincent avait exigé la présence de l'accusé, qui a été remis en liberté en septembre dernier en attendant son procès.

L'accusé assistera donc en personne au dépôt d'une requête de la part de la Couronne, requête dont la teneur ne peut être divulguée en raison de l'avis de non-publication qui frappe les procédures.

Guy Turcotte doit subir un second procès pour le meurtre de ses deux enfants - Anne-Sophie, trois ans, et Olivier, 5 ans - en février 2009. Le nouveau procès de Guy Turcotte débutera en septembre 2015 et il devrait durer trois semaines.

L'homme de 42 ans n'a jamais contesté les meurtres, mais il avait été déclaré non criminellement responsable pour cause de troubles mentaux. Il avait été confié à l'Institut Philippe-Pinel où il avait subi une thérapie au terme de laquelle il a été libéré. Il habite avec un oncle malade auprès duquel il joue le rôle d'aidant naturel.

En novembre 2013, la Cour d'appel du Québec a annulé le verdict de non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux rendu en 2011, prononcé par un tribunal de première instance. La Cour d'appel recommandait la tenue d'un nouveau procès, car elle estimait que le juge avait commis des erreurs dans ses directives au jury lors de son premier procès.

Guy Turcotte voulait porter sa cause en Cour suprême. Mais en mars dernier, le plus haut tribunal du pays refusait d'entendre la cause.

Lors du premier procès, les troubles mentaux de Guy Turcotte, ainsi que son intoxication au lave-glace, avaient été au coeur de la défense de l'accusé. Son avocat plaidait que Guy Turcotte n'était pas en mesure de comprendre les conséquences de ses gestes. La Cour d'appel a statué que la possibilité que ce soit plutôt son intoxication volontaire qui ait troublé son jugement, plutôt que ses troubles mentaux, avait été négligée dans le procès.

INOLTRE SU HUFFPOST

L'affaire Turcotte en quelques photos

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.