Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Après Hawaï, d'autres États contesteront le nouveau décret sur l'immigration

Les États américains de New York et de Washington suivent l'Hawaï dans une procédure visant à constester la validité du nouveau décret signé par Donald Trump.

Radio-Canada avec BBC et Reuters

Selon source proche du dossier que le procureur général (ministre de la Justice) de l'État de Washington allait demander à un magistrat fédéral de Seattle de confirmer qu'une précédente injonction, qui avait bloqué le premier décret, s'appliquait à la nouvelle version.

Le procureur général de l'Etat de New York a indiqué sur Twitter qu'il s'associerait à la démarche entreprise par l'Etat de Washington.

L'Oregon et le Minnessota auraient aussi entamé des démarches pour contrecarrer le nouveau décret qui commencera le 16 mars.

Audience avant l'entrée en vigueur

Dans sa deuxième mouture, le président américain interdit l'entrée sur le sol américain pour une période de 90 jours aux ressortissants d'Iran, de Libye, de Syrie, de Somalie, du Soudan et du Yémen. L'Irak, qui faisait partie de la première liste, est cette fois épargné.

La restriction ne concerne que les nouveaux demandeurs de visa.

Des experts juridiques estiment que la contestation du décret sera plus difficile désormais car les modifications apportées par Donald Trump permettent des exceptions en faveur d'un nombre élargi de demandeurs.

Le délai entre la date de signature du nouveau décret et son entrée en vigueur doit permettre d'éviter les difficultés techniques apparues après le premier décret. Une audience est prévue le 15 mars, à la veille de l'entrée en vigueur des dispositions contenues dans le décret.

VOIR AUSSI:

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.