Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.
CONTENU DE MARQUE

« Devenir une athlète professionnelle équivaut à signer un contrat avec la douleur », affirme Hayley Wickenheiser

Hayley Wickenheiser est considérée comme la meilleure joueuse de hockey féminin de tous les temps. gée de 37 ans, cette doyenne de l’Équipe du Canada a remporté pas moins de quatre médailles d’or olympiques et sept médailles d’or en Championnat du monde.

Or, cette athlète chevronnée vous dira que la victoire est parfois douloureuse. En plus d’une pénible blessure au pied, Hayley Wickenheiser souffre de maux de dos occasionnels. En collaboration avec Robax, nous l’avons rencontrée pour en savoir plus sur son sport préféré et ses stratégies de lutte contre la douleur.

* Cette entrevue a été raccourcie.

Vous avez participé aux affrontements les plus longs et intenses de l’histoire du sport, ceux opposant les équipes de hockey féminin du Canada et des États-Unis. Quel a été l’impact de ces matchs sur votre santé au cours de toutes ces années?

Ces matchs demandent des efforts physiques considérables. Si vous n’êtes pas totalement épuisée après un duel Canada-États-Unis, c’est que vous n’avez pas joué assez fort. Que ce soit en finale des Jeux olympiques ou du Championnat du monde, aucune adversaire ne veut céder un pouce. J’ai rarement fait des choses aussi exigeantes physiquement qu’être sur la glace pendant les minutes fatidiques d’un affrontement entre ces deux pays.

Au Championnat du monde de 2013, vous avez dû manquer un certain nombre de matchs à cause d’une blessure au dos. Que vous est-il arrivé?

J’ai eu un léger bombement discal et mon dos s’est barré. Je crois qu’il n’y a rien de pire qu’avoir mal au dos. La douleur était incroyable.

Qu’avez-vous fait pour vous sentir mieux?

Le traitement des maux de dos passe par des exercices de stabilisation et de renforcement du tronc. Le hockey est un sport de torsion. Nous effectuons constamment des mouvements de torsion du tronc et de la colonne vertébrale. À la fin d’une saison, nous souffrons de plusieurs déséquilibres. C’est pourquoi je me concentre principalement sur les exercices du tronc, afin de corriger toute la chaîne qui relie mon pied, mon genou et mon dos, et ainsi éviter le retour de blessures au dos plus importantes.

Quel niveau de douleur devez-vous endurer au quotidien?

Si l’on parle strictement de mon dos, je n’éprouve aucune douleur jusqu’à ce que je le torde accidentellement. Au cours de ma carrière, j’ai vécu deux ou trois épisodes qui m’ont forcée à rester étendue durant deux jours, sans dormir, avant que la douleur ne se résorbe. Le simple fait de me retourner était insoutenable. Eh oui, je suis passée par là! Je crois que devenir une athlète professionnelle équivaut à signer un contrat avec la douleur.

« Devenir une athlète professionnelle équivaut à signer un contrat avec la douleur »

Quelles sont les trois choses que vous faites pour gérer vos maux de dos?

1) Des exercices de stabilisation et de renforcement du tronc, en grande quantité. Les gens croient que ces exercices ne concernent que les abdominaux, mais il y a beaucoup d’autres petits muscles autour de la moelle épinière qui doivent être stimulés et renforcés eux aussi.

2) Je fais du délestage. Autrement dit, je fais des exercices de mise en charge, puis je pratique la natation pour relaxer mes jointures et prendre une pause. C’est une bonne manière de récupérer.

3) J’essaie d’être à l’écoute de mon corps. Dès que je ressens des tensions, je travaille les tissus mous de la zone affectée. Je refais quelques exercices de stabilisation comprenant des mouvements légers, et je bois beaucoup de liquide. Je peux aussi me reposer ou modifier mon entraînement, au besoin.

Que peuvent faire les gens ordinaires, c’est-à-dire ceux qui n’ont habituellement pas accès à des thérapeutes, entraîneurs ou praticiens spécialisés?

J’ai plusieurs conseils à leur donner. Je dis toujours que la douleur change une personne, parce qu’elle nous empêche de penser clairement. Lorsqu’on souffre, il est impossible de fonctionner efficacement et de prendre de bonnes décisions. La douleur nous rend émotifs et irritables.

La règle numéro un, en cas de douleur aiguë, est d’essayer d’y mettre fin. Je ne suis pas une grande partisane de la prise de médicaments. En fait, j’essaie de les éviter autant que possible. Toutefois, il faut savoir reconnaître les moments où les médicaments antidouleur sont efficaces. Lorsqu’on est aux prises avec une douleur intense, il est inutile de se sacrifier par principe, juste parce qu’on veut éviter une chose qui pourrait nous aider.

L’étape suivante consiste à trouver des professionnels de la santé compétents. Chose certaine, je ne recommanderai jamais à une personne de rester couchée à ne rien faire!

Hayley Wickenheiser se prépare à participer aux Jeux olympiques d’hiver de 2018 qui auront lieu à Pyeongchang, en Corée du Sud. Elle termine également une maîtrise en sciences médicales à l’Université de Calgary dans le but de pratiquer la médecine.

Robax ne fait pas que soulager la douleur. Ce produit fabriqué avec fierté au Canada atténue aussi les spasmes au dos en relaxant les muscles tendus. On est derrière vous.

Cet article peut contenir de l’information sur l’exercice, la forme physique et le bien-être en général, mais il ne vise pas à remplacer les conseils médicaux, les traitements ou les diagnostics effectués par un professionnel de la santé dûment qualifié. Veuillez consulter votre médecin avant d’apporter quelque changement que ce soit à votre mode de vie ou avant de commencer ou d’interrompre un traitement, quel qu’il soit. Ne refusez ni ne retardez jamais une consultation avec un professionnel de la santé à cause d’une information que vous avez lue dans le présent article.

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.