Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le quart-arrière du Rouge et Noir d'Ottawa, Henry Burris, est incapable d'obtenir sa citoyenneté canadienne

TORONTO, CANADA - NOVEMBER 7: Henry Burris #1 of the Ottawa Redblacks during CFL game action against the Toronto Argonauts on November 7, 2014 at Rogers Centre in Toronto, Ontario, Canada. (Photo by Tom Szczerbowski/Getty Images)
Tom Szczerbowski via Getty Images
TORONTO, CANADA - NOVEMBER 7: Henry Burris #1 of the Ottawa Redblacks during CFL game action against the Toronto Argonauts on November 7, 2014 at Rogers Centre in Toronto, Ontario, Canada. (Photo by Tom Szczerbowski/Getty Images)

Le quart-arrière du Rouge et Noir d'Ottawa, Henry Burris, est incapable depuis trois ans de convaincre le Ministère de la Citoyenneté et de l'Immigration de lui donner sa citoyenneté canadienne.

Lui qui a fracassé les 50 000 verges par la passe en carrière est un Américain et s'est fait refuser tous les programmes d'immigration pour devenir citoyen canadien.

MISE À JOUR (16:00) - Le ministère de la Citoyenneté et de l'Immigration travaillera de concert avec l'équipe du Rouge et Noir d'Ottawa ainsi qu'avec Henry Burris afin de « s'assurer qu'il reste au Canada ».

Par courriel à nos collègues de CBC, l'attaché de presse du Cabinet du ministère, Kevin Menard, explique que ce travail sera fait et assure que M. Burris « a montré un grand engagement envers le Canada depuis de nombreuses années et que son travail envers la communauté et sa fondation est un exemple pour les jeunes du Canada et tous les Canadiens ».

Par le biais de son compte Twitter, Henry Burris s'est dit très heureux de l'évolution de la situation et remercie les partisans et la population de leur soutien.

« La réponse que nous avons reçue est qu'être joueur de la Ligne canadienne de Football (LCF) ne veut pas dire que j'ai un emploi à temps plein [trad. libre]. »

— Henry Burris, joueur du Rouge et Noir d'Ottawa

Ce dernier affirme que puisque le calendrier de la LCF n'occupe pas douze mois, il n'a pas d'emploi à temps plein, ce qu'il déplore. Il rappelle qu'il est toujours disponible pour s'impliquer dans la communauté les soirs et les fins de semaine, en plus d'assurer que la salle d'entraînement est comme son bureau de travail.

« Je ne cherche pas de traitement de faveur, je veux simplement vivre ici », explique le quart-arrière.

Celui qui a remporté deux fois la Coupe Grey et nommé joueur de l'année en 2008 est au pays depuis 2005, soit l'année de son entrée dans la LCF. Ses deux fils sont également nés au Canada.

« On vient de s'ouvrir un restaurant à Calgary. Je veux participer à l'économie et m'impliquer dans ce pays qui m'a si bien accueilli », ajoute-t-il.

Henry Burris souhaite également que toute sa famille soit canadienne après ses deux années restantes à son contrat avec le Rouge et Noir.

« Chaque mois, chaque jour qui passe raccourcit le délai pour y arriver. »

— Henry Burris, joueur du Rouge et Noir d'Ottawa

À l'image de ce qu'il vit sur le terrain, l'homme de 39 ans a l'impression d'être encore loin de la ligne des buts avec peu de temps à faire.

Par ailleurs, un mouvement sur les réseaux sociaux a été créé. Le mot-clic #HelpHenry sert à interpeller le ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration du Canada, Chris Alexander, afin de donner la citoyenneté au joueur du Rouge et Noir.

D'après le reportage de Pascal Robidas

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.