Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

L'ancien joueur de la LNH Patrick O'Sullivan se confie sur son père violent

L’ancien joueur de la LNH Patrick O’Sullivan a révélé des détails troublants sur les abus que lui a fait subir son père durant sa jeunesse.

O’Sullivan, un joueur de centre repêché par le Wild du Minnesota qui a ensuite joué pour différentes équipes dans la LNH, se confie sur son enfance dans un article publié mercredi dans «The Players' Tribune».

«Mon père me battait.» C’est cette phrase qui donne le ton à ses mémoires.

«Je ne dis pas ça pour choquer ou pour attirer l’attention. C’est un fait. Il me martelait de coups de poing. Pas comme s’il s’en prenait à un enfant, mais comme s’il faisait face à un adulte dans une bagarre de bar.»

L’ancien joueur de hockey décrit comment son père, John, a commencé à l’abuser dès l’âge de 5 ans. «Tous les jours après le hockey, peu importe combien de buts j’avais marqués, il me frappait.»

Ça s’est poursuivi pendant une décennie : le père de Patrick O’Sullivan le frappait, l’étranglait et le fouettait avec une corde à sauter en cuir. Le joueur croyait qu’il s’agissait d’une tactique de motivation malsaine pour le forcer à accomplir le rêve non réalisé de son père de jouer dans la LNH.

Pour Patrick O’Sullivan, c’est son temps passé sur la glace qui l’a mené au succès. Il explique que les enfants excellent dans le sport lorsqu’ils ont du plaisir et peuvent se montrer créatifs – pas quand ils se font crier dessus ou sont forcés de courir 10 km.

Encourager les témoins à se manifester

Patrick O’Sullivan confie que plusieurs personnes – incluant sa mère – étaient au fait des abus de son père, mais n’ont rien dit. Aujourd’hui, il implore les témoins à se manifester.

«Je peux comprendre pourquoi nombre de gens vont s’inquiéter tout en ayant peur d’avoir tort. Si vous avez tort, c’est le meilleur scénario envisageable. Dans le cas contraire, cela signifie qu’un enfant est prisonnier de sa propre maison.»

Plus tôt cette année, Patrick O’Sullivan publiait le livre «Breaking Away: A Harrowing True Story of Resilience, Courage and Triumph» pour se confier au sujet des abus qu’il a subis.

À l’adolescence, Patrick O’Sullivan a finalement pu répliquer. Il a porté plainte contre son père, qui a passé un mois derrière les barreaux. Il a également obtenu une ordonnance restrictive contre ce dernier.

«Si je n’y avais pas mis un terme en impliquant une personne qui pourrait contrôler la situation, quelqu’un serait probablement mort», confiait Patrick O’Sullivan au National Post, en octobre.

«C’était devenu grave à ce point, et ça ne faisait qu’empirer.»

Patrick O’Sullivan, qui souffre d’un syndrome de stress post-traumatique, s’est associé à l’ancien joueur Dan Carcillo pour démarrer la fondation Chapter 5, qui a pour mission d’aider les joueurs à s’ajuster à la vie suivant leur carrière professionnelle.

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.