Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Pour détecter le coronavirus, un inventeur a eu une idée originale. Reste à voir si ça marche.

Il invite ceux qui doivent passer un test à s'époumoner dans une cabine.

Ludique et sans douleur, le test de l’inventeur néerlandais Peter Van Wees n’implique pas de subir l’intrusion d’un corps étranger dans le nez. À Amsterdam, il teste un sas qui permettrait de détecter le coronavirus avec un système aussi simple qu’amusant. Crier, chanter, hurler le plus fort possible afin de disperser le maximum de particules dans la cabine pour pouvoir les analyser, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article.

“La plupart du temps, les gens ne savent même pas qu’ils sont contaminés, mais cela peut être mesuré avec le QuBa. Donc, si vous criez et hurlez, vous répandez des dizaines de milliers de particules qui contiennent le coronavirus”, a expliqué l’inventeur à Reuters.

Équipé d’un purificateur d’air qui s’active à l’entrée et à la sortie des personnes testées, le sas de Peter Van Wees serait également capable de détecter les particules contaminées sur les vêtements et rendrait ses résultats en seulement trois minutes. Un délai très court qui permettrait de tester de nombreuses personnes à la fin de grands rassemblements, comme des concerts.

Mais le dispositif doit encore prouver son efficacité pour pouvoir être reconnu et utilisé à grande échelle, notamment en comparaison avec les traditionnels tests PCR. Et pour le moment, l’inventeur analyse ses données afin de découvrir s’il a visé juste. Au moins, son sas permettra de se défouler un peu.

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.