Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

L'IRIS propose que la SAQ vende de la marijuana plutôt que le secteur privé

Une étude conclut que le marché québécois de la vente de la marijuana à des fins récréatives serait plus lucratif et mieux encadré s'il était géré par la Société des alcools du Québec (SAQ) plutôt que par le secteur privé.

L'Institut de recherche et d'informations socioéconomiques (IRIS) ajoute qu'au cours des dix ans suivant une légalisation de la marijuana au Canada, la valeur du marché québécois pourrait grimper jusqu'à 3,2 milliards $.

Selon l'IRIS, la commercialisation du cannabis par la SAQ aurait des retombées économiques légèrement plus avantageuses qu'une prise en charge par le secteur privé. De plus, les revenus liés à l'impôt des particuliers, aux taxes et à la parafiscalité seraient plus élevés de 10,1 millions $ en ayant recours à la SAQ plutôt qu'au privé.

Enfin, l'IRIS signale que l'augmentation des redevances que verse la Société des alcools au gouvernement pourrait atteindre 457 millions $ si elle prenait en charge la vente de marijuana à des fins récréatives.

Le gouvernement du Canada veut faire adopter un projet de loi qui légaliserait la marijuana. Un groupe de travail a été formé pour étudier la question; son rapport a été déposé mardi, à Ottawa.

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.