Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Jessica Harnois veut redorer l'image des vins d'épicerie

Courtoisie

Rares sont ceux qui se vantent d’acheter leurs bouteilles de vin à l’épicerie, puisqu’au Québec, cette pratique n’a pas la cote. Mais pourtant…

C’est dans le but de changer les mœurs que la sommelière québécoise Jessica Harnois a lancé une toute nouvelle gamme de vins, qui sera disponible à la SAQ, au Costco, dans les épiceries, ainsi que dans certains dépanneurs.

«J’adore la SAQ, mais il n’y a que 400 succursales à travers le Québec, tandis qu’on monte à 8000 points de vente quand on ajoute les dépanneurs et les épiceries», explique celle qui achète, déguste et critique le vin depuis plusieurs années déjà.

«C’est correct d’aller à la SAQ pour les grands vins, mais pour les vins de tous les jours, on peut maintenant en trouver de très bons à l’épicerie. Mon mandat est donc très clair : démocratiser le vin pour tous et abattre les préjugés sur les vins d’épicerie.»

D’ailleurs, c’est la toute première fois qu’un vin est disponible dans les 8000 points de vente à la fois, et ce, aux quatre coins du Québec.

3 vins «passe-partout»

Dans cette nouvelle gamme popularisée sous le nom BÙ, la sommelière propose trois vins italiens et «passe-partout», soit un blanc et deux rouge. Les trois bouteilles sont offertes sous la barre des 15 $.

De la sélection des raisins à l’assemblage du vin, en passant par l’achat des cuves et la préparation des mélanges, Jessica Harnois a tout fait de A à Z.

«En fait, je me suis fait plaisir. J’ai fait des vins que j’aime boire. C’est compliqué, faire de bons accords, mais c’était nécessaire, car je voulais un blanc passe-partout (Splendido : Chardonnay & Fiano) et deux rouge, dont un plus léger (Glissando : Nero d’Avola & Merlot) et un plus masculin et épicé (Vivere : 100 % Sangiovese).»

Se décrivant comme une fille simple et pas compliquée, la sommelière québécoise avoue avoir fait 3 vins à son image. Des vins faits pour être bu (comme le rappelle si bien leur nom) en bonne compagnie.

«Le meilleur des vins, si tu le bois avec la mauvaise personne, il est gâché. Le vin, c’est fait pour boire avec des gens qu’on aime et il ne faut pas que ce soit compliqué», poursuit-elle.

À la recherche de petits bijoux

Alors qu’elle a commencé sa production en Italie, Jessica Harnois prévoit arpenter la France ou l’Espagne en 2017.

«Vu que ce n’est pas moi qui fais pousser les raisins, je peux les prendre où je veux, quand je veux. J’attends donc de voir où le millésime va être bon l’an prochain. Car ma job est de trouver des petits bijoux, des perles rares, année après année », conclut-elle.

Jessica Harnois veut redorer l'image des vins d'épicerie
Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.