Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Les Jeux olympiques de Tokyo déplacés en Floride? Une idée «incroyablement stupide», disent des experts

Le responsable des finances de la Floride a écrit une lettre au CIO pour proposer le transfert des JO d'été de 2021 si Tokyo recule.

Des économistes et des experts en santé publique remettent en question la demande d’un haut responsable de la Floride au Comité international olympique (CIO) d’envisager de déplacer les jeux d’été de 2021 de Tokyo vers son État.

Dans sa lettre à l’instance dirigeante du sport, Jimmy Patronis - le responsable des finance de la Floride - a cité des informations selon lesquelles le Japon avait décidé d’annuler les jeux de cet été en raison de la pandémie après avoir déjà retardé l’événement d’un an. (Le CIO a qualifié ces informations de «catégoriquement fausses».)

«Il est encore temps de déployer une équipe en Floride pour rencontrer les responsables de l’État et les responsables locaux sur la tenue des Jeux olympiques dans le Sunshine State», a écrit Patronis. «Je serais ravi de vous présenter la Floride et de vous aider à établir les bons contacts pour y parvenir.»

Il a vanté «la grande capacité hôtelière et le réseau de transport bien entretenu de la Floride» ainsi que les «12 grandes universités de l’État dotées d’installations sportives».

«Je pense que le plus important, cependant, est que nous avons un État où les dirigeants sont prêts s’impliquer», a écrit Patronis.

Victor Matheson, économiste au College of the Holy Cross et expert de l’impact économique des Jeux olympiques, a qualifié la proposition de Patronis de «complètement folle» (batshit crazy, dans ses mots).

«L’idée que, simplement parce que la Floride compte de nombreux hôtels, il serait possible d’y organiser un événement olympique entier en six mois est absolument folle», a déclaré Matheson.

Une personne portant un masque marche près de la mer alors que des anneaux olympiques sont vus en arrière-plan à Tokyo, le mardi 26 janvier 2021.
Une personne portant un masque marche près de la mer alors que des anneaux olympiques sont vus en arrière-plan à Tokyo, le mardi 26 janvier 2021.

La Floride ne possède pas actuellement les infrastructures nécessaires pour accueillir les JO, selon Matheson. L’État n’a pas de site pouvant accueillir une piste de taille olympique ni de natatorium pouvant accueillir 10000 personnes, a-t-il fait remarquer.

Mis à part les problèmes d’infrastructures, la demande de Patronis est «incroyablement stupide» par rapport à la COVID-19, a aussi souligné Matheson.

«Soyons honnêtes ici: si Tokyo n’est pas suffisamment sécuritaire pour accueillir l’événement en raison de la COVID, c’est impossible de croire que la Floride est suffisamment sûre pour accueillir l’événement», a-t-il pointé. «Cela signifie simplement que Tokyo s’inquiète vraiment d’avoir un événement “superspreader” de la maladie, contrairement à la Floride.»

Dans sa lettre, Patronis a salué la réponse du gouverneur républicain Ron DeSantis à la COVID-19 et ses efforts de distribution de vaccins. La Floride était un point chaud pour le virus l’été dernier, bien que ses cas et ses décès par habitants aient diminué ces derniers mois. Cependant, l’État a connu au cours des 14 derniers jours l’une des croissances les plus élevées de décès liés à la COVID-19, selon le New York Times.

Patronis n’a pas dit dans sa lettre si les spectateurs seraient autorisés à y assister ni n’a fourni de détails sur les différents calendriers de vaccination contre la COVID-19 à travers le monde. Bien que des centaines de millions de personnes aux États-Unis puissent être vaccinées d’ici l’été, les pays en développement connaîtront probablement un déploiement beaucoup plus lent du vaccin.

«Je pense que quelque chose comme ça serait très difficile à organiser sans avoir une sorte de chaîne de transmission qui se développe là-bas qui pourrait devenir problématique», a évalué Amesh Adalja, chercheur principal à l’Université Johns Hopkins pour la sécurité sanitaire.

«S’il était question du Super Bowl ou de quelque chose comme ça, ce serait très différent», a-t-il ajouté. «Ce serait plus facile que les Jeux olympiques parce que les Jeux olympiques entraînent la venue de gens de plusieurs pays avec différents processus de tests, différents niveaux d’infection et différents niveaux de vaccination.»

Des produits désinfectants utilisés à l'intérieur d'un terrain de basket-ball du complexe ESPN Wide World of Sports, le mercredi 29 juillet 2020 à Orlando, en Floride.
Des produits désinfectants utilisés à l'intérieur d'un terrain de basket-ball du complexe ESPN Wide World of Sports, le mercredi 29 juillet 2020 à Orlando, en Floride.

Patronis a fait valoir que la Floride avait prouvé qu’elle pouvait accueillir des événements sportifs à grande échelle pendant la pandémie, soulignant la «bulle» de la NBA à Disney World à Orlando, où des joueurs ont été isolés au cours de la dernière partie de la saison 2019-2020.

Mais la Dre Kavita Patel, collaboratrice médicale du HuffPost aux États-Unis et médecin à Washington, DC, a toutefois souligné que c’est la NBA - et non la Floride - qui a conduit les protocoles qui ont fait de la bulle une réussite. Selon elle, les Jeux olympiques de cette année devraient être complètement reportés.

«En bout de ligne: la chose la plus sûre à faire est de reporter cela à l’été 2022», a-t-elle estimé. «Mais cela dit, je sais qu’il y a beaucoup de pression parce que je pense que même les athlètes sont frustrés. Mais ce ne serait pas sécuritaire d’y assister. Si on pense pouvoir inclure des spectateurs, il n’y a aucun moyen.»

Un porte-parole du CIO a déclaré mardi que le comité n’avait pas reçu la lettre de Patronis et que les Jeux olympiques devaient toujours commencer le 23 juillet à Tokyo avec les Jeux paralympiques qui débuteront le 24 août.

Le CIO a publié un communiqué de presse mardi qui décrivait les mesures prises contre la COVID-19.

Le bureau de Patronis n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires. La Maison-Blanche a refusé de commenter.

Andrew Zimbalist du Smith College, un autre économiste qui a étudié les coûts politiques et économiques de l’organisation des Jeux olympiques, a assuré qu’il n’y avait «aucune chance» que le CIO ne donne suite à la demande de Patronis.

«C’est n’importe quoi», a déclaré Zimbalist, qui a présenté des arguments similaires sur le manque d’infrastructures et la menace de propagation de la COVID-19. «Tokyo et le Japon ont dépensé environ 35 milliards de dollars pour être en mesure d’accueillir les Jeux et ils ne vont pas laisser aller ça», a-t-il ajouté.

De plus, a-t-il déclaré, la chaleur et l’humidité de la Floride en juillet et en août seraient inconfortables pour les athlètes et potentiellement un risque pour leur sécurité.

«Voilà un politicien idiot, délirant, mal informé et ignorant de la Floride qui essaie de faire connaître son nom», a lancé Zimbalist à propos de Patronis. «Est-ce que lui-même croit vraiment que c’est possible, je ne sais pas. Il n’y a aucune chance. C’est juste stupide.»

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l’anglais.

À VOIR AUSSI: Le Japon veut croire aux JO cet été, malgré une recrudescence du virus (8 janvier 2021)

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.