Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Julien Lacroix règle ses comptes avec le temps des Fêtes

«C’est le moment de l’année où je suis supposé voir ma famille. Si je l’aimais, ce monde-là, je les verrais à l’année!»
Facebook/Julien Lacroix

Parmi les nouvelles traditions du temps des Fêtes au Québec, il y a les publicités délirantes que nous offrent chaque année les humoristes en tournée pour convaincre le public qu’une paire de billets pour leur spectacle est LE cadeau idéal à mettre sous le sapin.

La publicité à battre cette année est visiblement celle de Julien Lacroix, qui continuera de faire le tour de la province au cours de la prochaine année avec son premier one-man-show, Jusqu’ici tout va bien.

Fidèle à son personnage déphasé et sympathiquement antipathique, l’humoriste parle pendant une minute quarante de tout ce qui l’énerve à propos de cette période de l’année, des épines de sapin qu’il retrouve chez lui jusqu’à la mi-juin, Blainville, la perruque d’Yves, la dinde sèche, son grand-père qui l’appelle Justine, et les «agréments» des voyages dans le sud.

«C’est le moment de l’année où je suis supposé voir ma famille. Si je l’aimais, ce monde-là, je les verrais à l’année», lance-t-il, notamment, dans un décor enchanteur.

À voir (et à revoir) ci-dessous :

À voir également:

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.