Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.
The Blog

Le drôle d'argument de Juste pour rire

Dire qu'il n'y a pas assez des femmes drôles au Québec et que tu ne peux tout de même pas en inventer, c'est comme ouvrir un garde-robe plein à craquer et dire: «J'ai rien à me mettre!!» Tu n'as pas rien à te mettre, t'as rien qui te fait sentiret confortable.

En lisant La Presse+ ce matin, je suis carrément tombée en bas de ma chaise et de ma mâchoire.

« Je me fais reprocher qu'il n'y a pas assez de filles (dans les galas). Je voudrais bien en avoir plus, mais je ne peux pas en inventer non plus. Ma mère est drôle dans un party de famille, mais je ne peux pas la mettre sur scène. » - Christian Dion, directeur de la programmation des galas Juste pour rire.

Tout d'abord, il n'y a pas de Christian Dion à JPR, celui qu'on cite, c'est Christian Viau. Je le sais parce que j'ai longtemps eu le culot et la prétention de présenter de numéros dans l'espoir de faire les fameuses auditions de galas et le « Merci, mais non merci » que je recevais à répétition, je sais de qui il venait. C'est le genre de chose dont on se souvient.

Je suis tellement outrée par cette affirmation aussi condescendante que fausse que je ne sais même pas par où commencer, mais je vais tout de même essayer.

Tout d'abord, je ne sais pas si ce sont les femmes en humour ou la mère de Christian qui doivent être insultées par cette affirmation, ou les deux. Ta mère est si drôle que ça, Christian? Je veux dire, je ne doute pas qu'elle le soit, mais tout de même. Plus drôle que, par exemple, Émilie Ouellette qui promène son show « Accoucher de rire » dans la province depuis cinq ans, en plus d'avoir inventé un concept en proposant un show pour les mères et leur bébé?

Plus drôle que Francine Lareau qui trimballe son « Merci Manda, La Poune, Dodo, Denise, Clémence et tant d'autres... » partout en faisant rire et découvrir les femmes drôles du Québec qui ont pavé le chemin à celles d'aujourd'hui?

Plusieurs vont se dire « Hein? Qui? » Mais tu sais de qui je parle. Et tant que vous, les décideurs, choisirez de laisser ces talents-là dans l'ombre, le public va continuer de ne pas savoir que ces femmes-là existent. Et des exemples de filles drôles et différentes, je pourrais t'en donner en masse. Je ne pousserai pas ma luck jusqu'à dire « Plus drôle que... moi? » puisque tes refus répétés à mes multiples tentatives me font dire que je ne suis pas drôle dans ton livre à toi. Et c'est correct, parce que je ne te trouve pas drôle non plus.

Parlant de livre, tu savais qu'on a écrit un livre, Annie Deschamps et moi, intitulé Une fois c't'une fille? On y parle de... devine? Ben oui, des femmes drôles. Il fait 230 pages et non, il n'y a même pas de mandalas ni de recettes dedans! On y parle de 35 comiques et le pire, c'est qu'on savait qu'on n'avait même pas fait le tour de toutes les femmes drôles d'ici.

Je sais pertinemment que ton affirmation vient du tollé qu'a généré la catégorie « féminin » dans les galas de l'été prochain. Là-dessus aussi, j'en aurais long à dire, mais je vais plutôt citer ma collègue Emilie Ouellette (ben oui, encore elle!) qui écrivait hier sur Facebook :

« Je prends une grande respiration. Cette semaine Juste pour rire a dévoilé les thèmes de ces galas de l'an prochain. Parmi les thématiques absurde, raconteur, personnages, engagés et stand-up, se trouve la thématique féminin.

Permettez-moi de respirer encore une fois. Quoi? Féminin est un style d'humour? Non, je suis désolée, féminin n'est pas un style d'humour. C'est une identité de genre, mais pas un style d'humour.

Je n'ai pas le même point de vue sur un sujet que Katerine Levac, Mariana Mazza, Mélanie Ghanimé, Gabrielle Caron, Virginie Fortin, Kim Lévesque-Lizotte, Marie-Liste Pilote, Lise Dion, Rosalie Vaillancourt, Clémence Desrochers, Dominique Michel, Linda Bouchard, Nadine Massie, Annie Deschamps, Anne-Marie Dupras, Mélanie Couture, Coco Béliveau, Maude Landry, Korine Côté, Josiane Aubuchon, Isabelle Gauthier, Mélanie Dubreuil, Maude Morissette, Marie-Lyne Joncas, Ève Côté, Guylaine Guay, Silvi Tourigny, Catherine Thomas, Marylène Gendron, Cathy Gauthier et j'en passe.

Oui nous avons toutes un vagin et non nous n'avons pas toutes le même style humoristique.

Arrêtez de nous sous-catégoriser dans notre métier d'humoriste. »

Et à cette trentaine de filles drôles s'en ajoutent d'autres, parce que je sais que ça va être difficile à croire, mais il y en a tellement qu'on en oublie!

En terminant, j'ai envie de te parler du seul espace où je ferai désormais des spectacles, celui des Femmelettes. Imagine, un collectif ad hoc de 12 femmes qui font de l'humour de toutes sortes de façon, et ce chaque mois depuis bientôt quatre ans. On n'a pas de budget, chaque show est unique et on casse du nouveau matériel à tout bout de champ, mais on a du fun en tabarouette, notre public aussi et on a l'impression que c'est pas mal ça le plus important. Et même si on est 12 filles, on ne passe pas notre temps à parler de menstruations, de relations hommes-femmes et de bébés. Mais ça nous arrive aussi, parce que ça fait partie de la vie et que, tout comme les hommes d'ailleurs, c'est pas mal ça notre thème général, la vie. Comme on fait pratiquement salle comble tous les mois, faut croire qu'il y a du monde qui aime ça. Tiens, si tu veux, on te met deux billets à la porte pour lundi, c'est notre tournée (on fait les tournées qu'on peut, hein) !

Je sais bien qu'il y en a aura pour dire que celles qui ne sont jamais choisies pour les galas ne sont peut-être tout simplement pas drôles, mais j'ai vu assez de gars pas drôles faire des galas pour dire que je vais prendre ça comme un argument non valable. Et non, elles ne sont pas toutes juste-pas-drôles. Ça se peut qu'elles ne fassent pas l'unanimité, mais ça serait plate en titi si on voyait toujours le même monde faire le même genre d'humour, non?

Et à ceux qui seraient tentés de dire que j'essaie d'avoir enfin une audition de gala avec cette montée de lait, je vous rassure. Si j'ai longtemps espéré faire un gala JPR - parce que c'est comme le summum de la consécration pour l'humoriste québécois - j'ai enfin compris que je n'ai pas besoin de JPR et sa certification «drôle» pour savoir que j'ai quelque chose à dire et que je sais le faire avec humour.

Dire qu'il n'y a pas assez des femmes drôles au Québec et que tu ne peux tout de même pas en inventer, c'est comme ouvrir un garde-robe plein à craquer et dire: « J'ai rien à me mettre!! »

T'as pas rien à te mettre, t'as rien qui te fait sentir hot et confortable.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.