Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Kellie Leitch «avertit» Radio-Canada qu'elle procéderait à son «démantèlement»

Au tour de la candidate à la chefferie conservatrice Kellie Leitch de se prononcer sur l'avenir de Radio-Canada. Un avenir qui ne serait pas particulièrement reluisant pour la société d'État sous sa gouverne.

Au lendemain d'une annonce de son rival Maxime Bernier à ce sujet, la députée ontarienne a soutenu, dans un courriel envoyé à ses militants, qu'elle irait plus loin en "démantelant" carrément CBC/Radio-Canada.

Celle qui dénonce régulièrement les "élites médiatiques" depuis le début de sa campagne a soutenu que si elle était première ministre du Canada, elle maintiendrait seulement "cette partie qui (diffuse) des alertes urgentes".

La candidate Leitch écrit que les contribuables ne devraient pas avoir à payer pour maintenir le navire radio-canadien à flot et se présente comme la seule aspirante à la chefferie conservatrice qui se "tiendra debout devant les médias sur cette question".

Elle juge que le plan de Maxime Bernier ne va pas assez loin. Le député de Beauce a annoncé mercredi qu'il souhaitait voir le diffuseur public se "recentrer sur son mandat", revoir sa structure de financement et annuler les 150 millions $ supplémentaires annuels annoncés par les libéraux.

Figure politique peu connue du public, Kellie Leitch est apparue sur le radar médiatique lorsqu'elle a formulé sa controversée proposition de filtrer les "valeurs anticanadiennes" chez les candidats à l'immigration au Canada.

Sa suggestion a été désavouée par de nombreux candidats à la succession de Stephen Harper.

Celle sur CBC/Radio-Canada a plu à l'un de ses adversaires dans cette course, le député saskatchewanais Brad Trost, qui a réitéré jeudi sur Twitter son appel à la privatisation de la société d'État.

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.