Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

«Star Wars»: Kylo Ren infiltre de nouveau le Premier Ordre en tant que stagiaire

«Je me suis fait quatre nouveaux amis et j’ai seulement tué l’un d’entre eux. Je crois que c’est un bon début...»

L’émission Saturday Night Live nous a offert, ce week-end, une nouvelle parodie de l’émission Undercover Boss mettant en vedette Kylo Ren (Adam Driver) de la nouvelle trilogie Star Wars. Un sketch dans lequel le Suprême Leader a de nouveau infiltré les employés du Premier Ordre, comme il l’avait fait en janvier 2016, en marge de la sortie de The Force Awakens.

Comme le souligne le narrateur, après cette première intervention, Kylo Ren a connu sa part de drames personnels, lui qui a tour à tour tué son père, coupé son mentor en deux, bombardé le vaisseau de sa mère, et développé une obsession malsaine pour une jeune Jedi nommée Rey.

Ne reculant devant rien pour mettre de l’ordre dans son organisation, Kylo Ren a pris momentanément l’identité de Randy, un simple stagiaire, pour apprendre à mieux connaître quelques-uns des millions d’individus sous sa gouverne.

Et une fois de plus, son tempérament bouillant l’a quelque peu trahi, lui qui a fini par développer une mauvaise relation avec les imprimantes, en plus de tuer un amiral insatisfait de son travail de stagiaire.

Kylo Ren a bien tenté d’arranger les choses en offrant la chance à une femme de devenir pilote de Tie Fighter, mais cette dernière n’a pas aidé sa cause lorsqu’elle lui a mentionné qu’elle rêvait de pouvoir piloter un jour comme… Luke Skywalker.

«Je me suis fait quatre nouveaux amis et j’ai seulement tué l’un d’entre eux. Je crois que c’est un bon début», a déclaré le Suprême Leader, somme toute satisfait de cette nouvelle expérience.

Voilà qui en dit beaucoup sur la suite des choses...

À voir également:

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.