Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

L’industrie du camionnage veut voir des améliorations au transport transfrontalier

L'industrie canadienne du camionnage propose au gouvernement fédéral des mesures pour améliorer l'efficacité du transport transfrontalier, dans le cadre de la renégociation prochaine de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

Un texte de Francis Bouchard

L'Alliance canadienne du camionnage indique que ses recommandations visent à soutenir l'industrie du camionnage, ses clients et l'économie en général.

Une des recommandations ajouterait de la flexibilité aux transporteurs. Le président de l'Alliance, Stephen Laskowski, rappelle que ceux-ci peuvent faire seulement une livraison avant de rentrer au pays avec la même remorque. Des clients aimeraient toutefois se servir de remorques vides pour entreposer des produits ou pour les charger pour une livraison ultérieure.

L’association de camionnage des États-Unis (ATA) et l’Alliance canadienne du camionnage veulent qu’on laisse les transporteurs déplacer les remorques vides. Ceci aiderait les clients des deux côtés de la frontière.

La présentation de l’Alliance canadienne du camionnage couvre 11 secteurs d’intérêt. L’organisme affirme que le document a été préparé grâce à la contribution de transporteurs d’un peu partout au pays.

L’association dit qu’elle reçoit un soutien important des gouvernements et du monde des affaires dans les dossiers de transport.

Des camionneurs disent qu’ils observent, depuis quelques années, une accélération des procédures à la frontière grâce à la technologie. Un système électronique permet aux douaniers d'avoir, à l'avance, les informations sur la cargaison et le conducteur.

« L'électronique a amélioré beaucoup ça parce qu’il y a cinq ans, il y avait beaucoup plus de congestion », affirme un entrepreneur en camionnage de Hearst, Gino Hince.

Tout comme l'Alliance canadienne du camionnage, Gino Hince s'inquiète des hausses importantes de frais lorsque ses camions traversent un pont à la frontière.

« On paye quasiment tout le temps ça du côté américain. Les frais montent chaque année. Dans le dernier cinq ans, les frais ont augmenté d’au moins 200% », dit-il.

La renégociation de l'ALENA doit débuter dans quelques semaines.

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.