Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La moitié des étudiants s'inquiètent pour leur dette et pour trouver un emploi

Young male student.
Rubberball/Mike Kemp via Getty Images
Young male student.

Les inquiétudes sur les frais de scolarité et les frais de subsistance tracassent près de la moitié des étudiants post-secondaires alors qu'ils se préparent pour la rentrée scolaire.

Ils sont aussi inquiets de ne pas être en mesure de rembourser leur dette une fois qu'ils seront diplômés parce qu'ils craignent de ne pas trouver de boulot bien payé, a démontré un sondage réalisé par la CIBC.

Mais les experts affirment qu'apprendre à contrôler ses finances est une leçon qui ira loin pour aider les étudiants à gérer leur argent afin qu'ils ne se rendent pas à leur collation des grades avec une lourde dette sur leurs épaules.

Ce sondage en ligne, réalisé auprès de 992 étudiants post-secondaires choisis au hasard parmi les participants enregistrés dans la banque de répondants de la firme Angus Reid, a été réalisé du 27 au 29 juillet.

Le sondage démontre que 48% des étudiants sont surtout inquiets de ne pouvoir payer leurs frais de scolarité et leurs dépenses pour l'année scolaire qui s'amorce, ainsi que de ne pas être en mesure de rembourser leur dette étudiante, qui est évaluée à 25 000 $ et plus pour 36% d'entre eux.

Quelque 37% des étudiants post-secondaires affirment que trouver un emploi bien rémunéré après leur graduation est leur préoccupation principale.

Le sondage indique aussi que les étudiants, la plupart s'attendant à dépenser entre 10 000 $ et 30 000 $ pour les cours, les livres et les dépenses personnelles (le loyer et les activités), anticipent beaucoup moins d'aide de leurs parents cette année.

Ils s'attendent à ce que leurs parents couvrent 22% de leurs frais de scolarité, comparé à 33% l'an dernier, tel que rapporté par un sondage similaire.

Environ 34% affirment qu'ils vont travailler pour subvenir à leurs besoins. Et 5% des répondants craignent de ne pas être capables de trouver et de conserver un emploi à temps partiel.

Jusqu'à 37% des étudiants post-secondaires affirment qu'ils ne savent pas s'ils seront en mesure de gérer leurs finances après leur graduation et un cinquième d'entre eux ne s'attendaient pas à être en mesure de subvenir financièrement à leurs propres besoins.

«Avoir un portait clair de vos dépenses aujourd'hui, ainsi que de ce que vos paiements de remboursement de dette auront l'air, permettra d'être prêt pour le futur», a déclaré Christina Kramer, la vice-présidente exécutive des services bancaires aux particuliers et aux entreprises à la CIBC.

Il est suggéré d'en discuter avec ses parents ou un conseiller financier et tenir compte des coûts reliés à une éducation post-secondaire; créer un plan qui déterminera quels coûts seront payés par l'étudiant (incluant les prêts, les bourses et les revenus de travail à temps partiel) et combien le parent contribuera (incluant les régimes enregistrés d'épargne-étude et les autres épargnes).

Plusieurs institutions financières offrent des applications mobiles qui permettent de suivre les transactions bancaires et le solde des comptes.

La marge d'erreur du sondage était de plus ou moins 3,11%, 19 fois sur 20.

INOLTRE SU HUFFPOST

Université de Montréal

Les campus des universités canadiennes en photos

Popular in the Community

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.