Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Ne mangez pas de laitue romaine, avertissent les autorités

La bactérie E. coli revient hanter nos assiettes.

Les Québécois et Ontariens doivent arrêter de consommer dès maintenant la laitue romaine et les mélanges de salades en contenant en raison d'une contamination à la bactérie E. coli pouvant rendre malade.

Toutes les laitues romaines sont visées, peu importe la provenance.

L'avis a été émis mardi après-midi par l'Agence de la santé Publique du Canada (ASPC) après que celle-ci ait recensé 18 cas d'infections à la bactérie, dont 15 au Québec. Les gens auraient été infectés entre la mi-octobre et le début du mois de novembre.

La source de l'éclosion et la cause de la contamination n'ont pas encore été précisées, mais «la majorité des personnes qui sont tombées malades en Ontario et au Québec ont déclaré avoir mangé de la laitue romaine avant que ne se manifeste la maladie, soutient l'ASPC par voie de communiqué. Elles ont dit en avoir mangé à la maison, ainsi que dans des salades préparées vendues en magasin, ou dans des mets commandés dans des restaurants et des chaînes de restauration rapide.»

«L'analyse de laboratoire indique que les maladies signalées dans le cadre de cette éclosion sont génétiquement liées aux maladies signalées dans une précédente éclosion d'infections à E. coli en décembre 2017», qui avait d'ailleurs été lié à la consommation de laitue romaine, en poussant plusieurs à arrêter d'en acheter.

Aucun décès n'a été signalé pour l'instant, mais l'Agence canadienne d'inspection des aliments fait savoir que cette souche d'éclosion connue comme l'E. coli 0157 est plus susceptible que toute autre souche de causer de graves symptômes.

Aucun rappel de laitue n'a été lancé.

VOIR AUSSI :

De savoureuses salades d'hiver à cuisiner
Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.