Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.
The Blog

«Le secret» et les traitements de santé holistique en Suisse

En discutant avec des amies qui sont ouvertes à la spiritualité et aux traitements de santé holistique, j'ai découvert qu'il existe de nombreux «guérisseurs» en Suisse. Ils travaillent avec ce que les gens appellent «le secret», mot prononcé sur un ton presque mystérieux par les trois personnes qui m'en ont parlé.

En discutant avec des amies qui sont ouvertes à la spiritualité et aux traitements de santé holistique, j'ai découvert qu'il existe de nombreux "guérisseurs" en Suisse. Ils travaillent avec ce que les gens appellent "le secret", mot prononcé sur un ton presque mystérieux par les trois personnes qui m'en ont parlé.

Il est clair que parler de travail énergétique et de guérison par les mains est encore tabou et fait même encore peur en Suisse. En France aussi. La chasse aux sorcières est en vigueur et les thérapeutes doivent faire très attention. La différence en Suisse : L'Office fédéral de la santé publique ne prend pas officiellement position sur les guérisseurs. Merci la démocratie suisse !

Le fait est, comme au Québec ou partout ailleurs, qu'il y a les "vrais" et les "faux". Ceux qui travaillent dans l'humilité, la simplicité, et sont positivement efficaces, et ceux qui le crient sur les toits, chargent de gros prix et cherchent parfois même à jouer au gourou, créant parfois plus de tort que de bien. Je résume, bien sûr.

En fouillant sur internet, j'ai cependant découvert des sites et des articles tout à fait officiels à ce sujet. Alors que mes amies m'en ont parlé quasiment en chuchotant, certains "faiseurs de secrets" sont connus et souvent appelés par les médecins ou les infirmières d'hôpitaux pour aider des patients aux prises avec des douleurs précises comme les souffrances dues aux brûlures, par exemple.

En Suisse, il arrive encore, dans certaines régions, qu'un médecin envoie un de ses patients chez un guérisseur pour accélérer sa guérison. La tradition est encore très répandue. Mais des experts mettent également en garde contre certaines dérives.

Qui sont les "faiseurs de secrets"

Il y a les grands maîtres, qu'ils soient yogi ou maître en arts martiaux ou d'autres, qui ont fait un travail pour augmenter leur potentiel énergétique et qui peuvent faire des prouesses avec leur propre énergie et dont certains ont développé des facultés de magnétiseurs. Souvent ils pratiquent aussi d'autres techniques énergétiques, dont l'acupuncture ou l'acupressure. L'avantage de ceux-ci est qu'ils ne transmettent pas leur énergie (donc ils ne se fatiguent pas en se déchargent et de plus ne transmettent pas leur mauvaise énergie), mais utilisent leur potentiel énergétique pour équilibrer celles des autres. Donc pas d'appositionnement des mains et pas de limite de distance. Ils peuvent donc traiter à distance et ne sont pas limités dans leur traitement. L'effet est souvent immédiat et puissant. Autres avantages si l'on compare avec les magnétiseurs traditionnels, c'est que cette technique réorganise les énergies des patients comme le fait par exemple l'acupressure. Donc l'effet est à long terme. Le désavantage est qu'ils sont très peu nombreux, malheureusement. Le seul connu en Suisse est le Yogi Twy de Macolin qui s'occupe notamment de sportifs de pointe.

Il y a les magnétiseurs qui apposent les mains pour guérir en utilisant leur propre énergie qu'ils transmettent à leur patient (= reiki)

Il y a les rebouteux qui, selon eux, pratiquent la remise en place de l'ossature. Mais attention il est toujours mieux de consulter un professionnel de la santé! Aujourd'hui les ostéopathes font le même travail, mais ils se différencient du fait qu'ils ont suivis une école alors que les rebouteux ont, selon eux, un dont et se transmettent la plupart du temps leur savoir de génération en génération.

Il y a ensuite les diseurs de prières qui pratiquent le secret et travail le plus souvent par téléphone et souvent gratuitement.Source

Les formules du secret

De son côté, Georges Delaloye, lui-même "faiseur de secret", a un site officiel où il met à jour régulièrement la liste des guérisseurs de Suisse Romande depuis 1999. J'ai eu le plaisir de m'entretenir avec lui.

M. Delaloye m'a expliqué que le secret, tel qu'il le pratique, est un fait une prière, une incantation ou formule telle qu'en faisaient les sorciers et sorcières avant l'Inquisition. Une prière/formule pour chaque problème de santé tel qu'une brûlure, une verrue, une hémorragie, une entorse et bien d'autres.

Lors de l'Inquisition, beaucoup de sorcières et sorciers ont été brûlés, mais les formules ont été précieusement préservées puis transmises à l'intérieur des familles catholiques (ce qui explique que les faiseurs de secrets soient plutôt dans les régions à tendance catholiques comme le Jura - un des berceaux du secret - Fribourg, Valais et Vaud). C'est ainsi que nous pouvons encore aujourd'hui recevoir ces soins.

Pour devenir un "faiseur de secrets", la personne doit avoir des dispositions, notamment d'empathie, de don de soi, d'aimer aider et prendre soin de ses pairs. C'est une personne proche de la nature. Le transmetteur du secret reconnaît cette personne avant de lui transmettre une ou des formules avec lesquelles celle-ci pourra alors soigner, voire guérir, de son vivant ou après sa mort. Pour sa part, M. Delaloye a reçu le secret il y a 6 ans de la part de son frère, décédé en 1979, par écriture automatique au pied d'un sapin.

La transmission peut aussi passer hors de la famille si une personne est reconnue comme ayant les dispositions pour recevoir les formules.

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.