Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

L'enquête de la GRC sur Pamela Wallin se précise (VIDÉO)

Après avoir passé au peigne fin des centaines de demandes de remboursement de la sénatrice Pamela Wallin, suspendue fin 2013 pour des dépenses jugées injustifiées, la GRC souhaite pousser davantage son enquête sur 150 d'entre elles.

Il s'agit essentiellement de demandes de remboursement liées à des dépenses pour des déplacements, de l'hébergement et des repas.

Selon des documents judiciaires rendus publics lundi, la GRC souhaite notamment obtenir plus de renseignements sur des dépenses encourues lors de 24 voyages effectués par Mme Wallin pour son travail au sein de conseils d'administration.

Les enquêteurs aimeraient à cet effet obtenir, entre autres, des documents auprès de deux entreprises pour lesquelles Pamela Wallin a siégé au C.A, soit Porter Airlines et Gluskin Sheff and Associates.

Pour justifier l'obtention de tels documents, la GRC allègue que la sénatrice a violé le Code criminel pour fraude et abus de confiance. Ces allégations doivent toujours être prouvées.

Pamela Wallin a été suspendue du Sénat sans salaire en 2013 en raison de dépenses jugées injustifiées. Selon la GRC, elle a jusqu'à maintenant remboursé 154 191,29 $ au Sénat.

Elle a cependant dit plus tard regretter le remboursement de certaines sommes. Elle affirme avoir remboursé des dépenses en dépit du fait qu'elle les croyait légitimes.

Mme Wallin a reconnu avoir fait certaines erreurs dans ses réclamations, mais a maintenu que la majeure partie de ses demandes avaient été approuvées en vertu de directives du Sénat, qu'elle a par ailleurs qualifiées de vagues.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les controverses du Sénat

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.