Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

L'entente avec Uber pourrait nuire à la réélection de certains libéraux (VIDÉO)

QUÉBEC – La communauté haïtienne, fortement représentée dans l’industrie du taxi, pourrait se donner un mot d’ordre pour voter contre les libéraux aux prochaines élections générales.

C’est du moins ce qu’a affirmé Bernard Estimable, président de l'Association haïtienne des travailleurs du taxi, à la sortie d’une rencontre lundi avec le ministre des Transports, Laurent Lessard.

En signant une entente avec Uber, le gouvernement Couillard risque de saper sa base électorale dans les circonscriptions où on retrouve une forte communauté haïtienne, croit-il.

«Vous savez, dans la communauté haïtienne, il y a des gens qui ont voté pour le Parti libéral depuis près de 40 ans, souligne-t-il. Qui votent toujours pour le Parti libéral.»

La circonscription de Viau détenue par David Heurtel, dans le nord de Montréal, pourrait notamment être ciblée, dit-il. Les Haïtiens y sont le groupe le plus représenté après les «Canadiens», avec 9 425 représentants, sur une population de 68 000 personnes. David Heurtel l'a toutefois emporté avec 62% des voix en 2014, contre 14% pour sa rivale péquiste.

D'autres comtés du nord de Montréal et de Laval pourraient également être visés, selon Bernard Estimable.

«Nous allons passer le message dans la communauté de ne pas voter pour le Parti libéral, parce que le Parti libéral nous a menti en pleine face, dit Bernard Estimable. Il nous a roulés dans la farine.»

Les chauffeurs de taxi demandent au gouvernement Couillard de racheter leurs permis. Sinon, «il ne va pas avoir la paix sociale», promet-il.

INOLTRE SU HUFFPOST

Manifestation de taxis contre Uber (9 février 2016)

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.