Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Les vignerons québécois passent à la vitesse supérieure

Et vous verrez que le nouveau vignoble de La Cantina à Oka en est le parfait exemple.

Les astres semblent enfin alignés pour nos courageux viticulteurs québécois.

Pourtant, en 2014, je posais ici même cette question: Y a-t-il de l'avenir pour la culture de la vigne au Québec?

Je soulignais alors que le pire ennemi de nos vignerons n'était pas le climat, mais bien notre gouvernement, qui ne semblait voir aucune possibilité de développement à long terme pour notre viticulture.

Mais comme l'a souligné en juin dernier ma jeune collègue Caroline Chagnon "Ce n'est plus vrai qu'il faut être fou pour planter de la vigne au Québec" (voir ici).

Voici un bref résumé des nouveaux facteurs qui laissent présager des jours meilleurs à cette encore jeune industrie:

-Un notable réchauffement climatique qui a quelque peu prolongé la période de maturation des raisins;

-Un savoir-faire plus développé sur le terrain; par exemple, l'embauche d'œnologues-consultants, et l'utilisation de toiles géotextiles qui protègent les vignes du gel en hiver, permettant désormais de planter des cépages vitis vinifera, tels du Chardonnay ou du Pinot Noir;

Plusieurs aménagements à notre désuète législation provinciale ont de plus enfin été récemment apportés. Mentionnons entre autre:

-La création d'une Indication Géographique Protégée (IGP) "Vins du Québec" qui ajoutera de la crédibilité et rassurera le consommateur; ces vins devront avoir été élaborés à 100% avec des raisins du Québec et avoir passé un test de goût (voir ici);

-La possibilité pour nos vignerons, comme pour tous ceux ailleurs dans le monde, d'acheter des raisins d'autres vignerons (du Québec) et de le vinifier, afin de répondre à la demande (voir ici);

-La possibilité de vendre directement les vins québécois dans les épiceries, sans passer par l'intermédiaire de la Société des Alcools du Québec (SAQ); (Voir: Les vins québécois vendus en épicerie font un tabac, ainsi que Les vignerons québécois peinent à répondre à la demande).

Ce n'est pas vrai que c'est le climat aujourd'hui qui nous freine. Ce n'est pas vrai que c'est le manque de savoir-faire [...] C'est la matière première qui nous manquait! - Charles-Henri de Coussergues, copropriétaire du Vignoble de l'Orpailleur

Signalons qu'en quatre ans, soit de 2103 à 2017, la production de vins québécois a presque doublé, passant de 1,4 million à 2,7 millions de bouteilles. Et ce n'est pas fini, puisque l'on vise pour 2030 les 10 millions de bouteilles.

Encouragés par ces nouvelles possibilités de développement, les viticulteurs du Québec ont démarré plusieurs projets intéressants et d'autres se préparent.

Ainsi, le Vignoble du Ruisseau à Dunham qui compte 7,5 hectares de Cabernet Sauvignon, Merlot, Pinot Noir, Chardonnay, Gewürztraminer et Riesling, a réalisé en 2013 son premier millésime.

Il importe de souligner que leurs vignes sont protégées du gel par une technologie utilisant la géothermie, un procédé en instance de brevet international et qui permet d'ajouter quatre semaines à la saison. Une expérience intéressante à suivre de près.

Autre exemple: au Domaine Saint-Jacques, qui compte parmi les plus importants producteurs vinicoles au Québec, on a aussi commencé il y a quelques années, à planter du Chardonnay, du Pinot Noir, du Pinot Gris et du Riesling. Ce producteur fut l'un des précurseurs à utiliser des toiles géotextiles pour protéger ses vignes durant l'hiver.

Le propriétaire de ce domaine, Yvan Quirion, vise à doubler sa production d'ici quelques années. Pour ce faire, celui-ci vient d'investir près de 5 millions de dollars, tant dans le vignoble qu'en immeubles et équipements.

Déjà propriétaire de 17 hectares par l'entremise du Vignoble de la Rivière du Chêne qu'il a créé en 1998, Daniel Lalande vient de plus que doubler sa superficie en vignes.

Celui-ci a en effet acquis en 2015 à Oka, une ancienne ferme laitière où il a planté plus de 20 hectares de vignes, non seulement des hybrides, mais également du Pinot Noir et du Chardonnay.

Crédit photo: Marie Charest

L'investissement actuel de 1,5 million de dollars grimpera à plus de 3 millions lorsque les projets additionnels de microbrasserie et de bistro viendront s'y greffer.

Cet endroit a été choisi pour son type de sol, son microclimat, ainsi que sa localisation. Situé sur la route 344, à cinq minutes de l'abbaye et du parc d'Oka, l'endroit est déjà très fréquenté par de nombreux touristes, d'ici et d'ailleurs.

La première, L'empreinte distinctive du vigneron, élaborée à partir de cépages nobles (Chardonnay, Pinot Noir) est une petite production destinée aux restaurateurs et aux épiceries fines. Ces vins seront également bientôt sur saq.com et dans quelques succursales de la SAQ.

Notons que ces deux vins, dont vous trouverez mes commentaires ci-après, sont déjà disponibles à la boutique du Vignoble de la Rivière du Chêne à Saint-Eustache.

La seconde gamme, L'empreinte C, comprend trois vins de trois couleurs différentes issus de cépages hybrides, lesquels sont de mieux en mieux maîtrisés par les viticulteurs québécois.

Ces trois vins sont destinés aux épiceries. On peut déjà les retrouver à un prix de 14,95$ plus taxes, dans une centaine d'établissements Métro et IGA du Québec. J'y goûterai sans doute très bientôt et vous ferai alors part de mes impressions sur mon blogue personnel.

Gageons que les vignerons du Québec n'ont pas fini de nous surprendre.

Si cet été, vous passez près de St-Eustache, allez faire une visite à la boutique du Vignoble de la Rivière du Chêne.

Vous pourrez également déguster leurs vins dans le cadre de leurs soirées Bistro-Tapas qui se déroulent jusqu'au 20 septembre prochain.

Cette semaine, je vous recommande 7 vins du Québec de qualité, disponibles à la SAQ en quantité raisonnable.

Cette sélection met de l'avant des vins un peu moins connus, mais qu'il est intéressant de découvrir, puisqu'ils démontrent les récents progrès accomplis par la viticulture québécoise.

Suivez notre chroniqueur et accédez ainsi à ses recommandations quotidiennes!

Sur Facebook (il suffit d'aimer la page) et/ou sur Twitter (abonnez-vous)

On serait fou de s'en passer!

Pour vos commentaires, questions, suggestions, écrivez-lui en privé à :

clubdgv@gmail.com

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.