Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Les rayons du soleil peuvent-ils désinfecter votre masque facial?

Un professeur de l'Université de Waterloo répond à vos questions brûlantes.

À mesure que les températures augmentent, la tentation de profiter des rayons du soleil est forte pour les Canadiens. C’est une bonne chose, car la vitamine D procure de nombreux bienfaits pour la santé physique et mentale grâce aux rayons ultraviolets (UV) du soleil. Assurez-vous simplement de vous prélasser tout en respectant la distanciation physique.

Les bienfaits de la lumière du soleil ont récemment attiré l’attention de manière positive, en particulier en ce qui concerne la COVID-19. Mais contrairement à la croyance populaire, le virus peut toujours se propager, peu importe le temps qu’il fait à l’extérieur.

Une étude mondiale de l’Université de Toronto a fait éclater cette «bulle», car les chercheurs ont découvert que les pays plus chauds étaient tout aussi vulnérables à la COVID-19 que les pays plus froids.

Une des théories de plus en plus populaire à propos de la pandémie est que la lumière du soleil peut tuer le virus sur les masques faciaux. Cela semble découler des propriétés d’assainissement de la lumière UV: la technologie de la lumière UV a déjà été utilisée pour désinfecter toutes sortes de choses; des autobus aux hôpitaux et pourrait être un outil prometteur pour rendre les équipements de protection individuelle (EPI) réutilisables pour les médecins et les infirmières.

Les Canadiens devraient-ils donc désinfecter leur matériel de prévention de la COVID-19 avec les rayons du soleil?

L’expert en lumière UV Bill Anderson déconseille fortement de le faire. Le fait de laisser les masques, les gants et les écrans faciaux au soleil ne fera pas grand-chose, a déclaré le professeur de génie chimique de l’Université de Waterloo au HuffPost Canada, et cela a à voir avec le fonctionnement de la lumière UV naturelle.

La lumière du soleil ne possède pas d’élément anti-virus

Le soleil produit tout un spectre de rayons UV, mais il en existe trois principaux types: UV-A, UV-B et UV-C. Les UV-A et UV-B atteignent le corps des gens et peuvent endommager la peau, risquant d’entraîner sa maturation plus rapide et un cancer de la peau. Les UV-C, d’autre part, sont en grande partie bloqués par la couche d’ozone. C’est une puissante longueur d’onde, souvent appelée «UV germicide», explique Anderson, car elle peut éradiquer le matériel génétique viral.

«Il est assez efficace pour tuer les virus et les bactéries. Il fait cela en gâchant essentiellement leur ADN, ce qui les empêche de fonctionner ou de se reproduire», a-t-il expliqué.

Ainsi, la lumière naturelle du soleil, ne possédant pas d’UV-C, ne peut pas éliminer la COVID-19. Il note que les UV-A et UV-B peuvent faire une petite entaille sur un masque facial potentiellement infecté, mais «cela prend des heures et des heures» et ne désinfecte pas complètement comme le font les UV-C.

Qu’en est-il d’une voiture chauffée à bloc par le soleil?

Certaines personnes pensent que le fait laisser un masque sur le tableau de bord d’une voiture peut augmenter la capacité du soleil à le désinfecter. Mais encore une fois, les rayons UV-A et UV-B ne feront pas grand-chose à cet égard et Anderson affirme que le pare-brise réduirait en fait l’exposition à ceux-ci.

C’est plutôt la chaleur de la voiture qui pourrait potentiellement tuer le virus, avance Anderson. Les coronavirus de la famille du SRAS ne peuvent pas résister à la chaleur, mais cette méthode n’est pas scientifiquement prouvée et il craint que cette tactique ne donne de faux espoirs.

«Ma principale préoccupation est que les gens se trompent en pensant qu’ils désinfectent leurs masques alors qu’ils ne le font pas», a-t-il déclaré.

Si les rayons naturels du soleil ne fonctionnent pas, qu’en est-il d’un appareil à lumière UV?

Les appareils de lumière UV grand public sont en plein essor, certains prétendant tuer tous les virus sur n’importe quelle surface.

Mais avant de commencer à balayer vos masques ou vos emplettes avec la lumière d’une ampoule achetée sur Amazon, Anderson affirme qu’ils ne valent pas votre argent. Les appareils de lumière UV grand public ne sont généralement pas assez puissants pour être des germicides. Même s’ils le sont, il est peu probable qu’ils soient utilisés correctement.

«Vous devez les laisser allumés pendant plusieurs minutes, ce que la plupart des gens ne veulent pas faire», a-t-il déclaré. «Il y a aussi des enjeux de sécurité, vous pouvez subir des brûlures ou un cancer à la suite d’[une mauvaise utilisation.]»

De plus, une surface plane est plus facile à nettoyer qu’un objet qui possède des anfractuosités comme un masque facial, souligne un communiqué de presse de l’Université de Toronto.

La technologie de la lumière UV de qualité médicale est plus fiable, comme celle de la société torontoise Clean Slate ou Prescientix de Cambridge, en Ontario —ils font tous deux partie des fournisseurs de produits de désinfection qui ont des antécédents d’efficacité — mais pour le moment, l’accès à ces traitements est une option peu probable pour le Canadien moyen.

(vidéo en anglais)

Au lieu de cela, les porteurs de masques en tissu inquiets peuvent mieux s’en tirer en nettoyant ceux-ci avec des méthodes plus conventionnelles et éprouvées, comme de les mettre dans la machine à laver.

Comment puis-je éviter une ligne de bronzage délimitée par mon masque facial?

Même si cette problématique est un peu moins directement liée à la santé, beaucoup de gens semblent stressés en ligne par rapport à l’apparition d’une ligne de bronzage délimitée par la forme du masque pendant l’été.

«Je me prépare mentalement à avoir une ligne de bronzage en forme de masque»

À cet égard, Anderson dit que certains conseils de longue date des dermatologues seront utiles: portez un écran solaire et appliquez-le régulièrement.

Pour limiter complètement la ligne tant redoutée, assurez-vous que vous utilisez un écran solaire à large spectre. Le SPF de la crème solaire est une mesure qui détermine la quantité d’UV-B bloquée et ne prend pas en compte les UV-A. Les produits à large spectre offrent une protection contre les deux longueurs d’onde. Les SPF 15 à 30 conviennent à la plupart des gens, mais le SPF 50 pourrait être idéal pour ceux qui ont la peau sensible au soleil. Les écrans solaires physiques sont considérés comme plus respectueux de l’environnement que les écrans solaires chimiques, et les premières phases de recherches publiées dans le Journal of the American Medical Association suggèrent qu’ils pourraient également être plus sûrs à long terme.

Si vous avez une ligne de bronzage délimitée par votre masque facial, regardez les choses du bon côté: ces marques de soleil peuvent être vues sous un jour différent une fois que l’été aura atteint son plein régime.

«À la fin de cet été, ne faites confiance qu’aux personnes qui ont une ligne de bronzage en forme de masque.»

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l’anglais.

À VOIR AUSSI: Le coronavirus peut-il se propager dans l’eau ou dans les piscines?

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.