Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Démission d'Andrew Scheer: Maxime Bernier n'a pas l'intention de revenir au Parti conservateur

«Aucune chance que ça arrive.»
Maxime Bernier, lors d'un événement pendant la dernière campagne électorale, en septembre.
Chris Young/La Presse canadienne
Maxime Bernier, lors d'un événement pendant la dernière campagne électorale, en septembre.

L’annonce de la démission d’Andrew Scheer de son poste de chef du Parti conservateur du Canada (PCC) n’aura pas tardé à faire apparaître divers questionnements quant à un(e) futur(e) remplaçant(e).

Le premier ministre de l’Alberta Jason Kenney a rapidement émis l’idée que Rona Ambrose ferait une excellente chef conservatrice, elle qui a déjà occupé différents postes de ministre en plus d’avoir été chef par intérim du PCC après la défaite de Stephen Harper aux élections de 2015.

Maxime Bernier, lui, pourrait-il être intéressé par une autre course à la chefferie du PCC, et ce, après avoir fondé son propre parti?

La réponse est venue rapidement via son compte Twitter: «Aucune chance que ça arrive.»

Celui qui n’a pas été en mesure de se faire élire en Beauce sous la bannière de son Parti populaire du Canada n’a, semble-t-il, aucune intention de tenter un retour chez les conservateurs.

«Le parti est moralement et intellectuellement corrompu, a-t-il poursuivi. C’est pour ça que je suis parti.» Dans un second tweet, il n’a pas manqué de s’en prendre à Andrew Scheer, qui l’avait battu lors de la dernière course à la chefferie conservatrice. «Scheer était un chef faible qui l’a poussé [le parti] vers le centre, a affirmé Bernier. Le prochain chef va faire la même chose.»

«J’ai lancé une alternative qui défend des principes clairs, a-t-il conclu. J’y tiens et j’y reste.»

À VOIR AUSSI: Andrew Scheer démissionne

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.