Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Plus de 1,5 milliard de masques finiront dans les océans en 2020, selon une ONG

L'ONG OceansAsia, basée à Hong Kong, alerte sur les conséquences qu'engendrent les masques jetés dans la nature.

Depuis l’apparition du coronavirus, de plus en plus de masques sont jetés dans la nature et polluent notre environnement. Plus de 1,5 milliard de masques jetables se retrouveront cette année dans les océans du monde. Ils se retrouveront avec des tonnes de plastique qui mettent en danger la faune marine, selon un rapport d’OceansAsia.

“Ces masques mettront jusqu’à 450 ans à se décomposer, se transformant lentement en microplastiques tout en ayant un impact négatif sur la faune et les écosystèmes marins”, explique l’organisme.

Les masques chirurgicaux polluent les océans. Plus de 1,5 milliard de masques finiront dans les océans.
Les masques chirurgicaux polluent les océans. Plus de 1,5 milliard de masques finiront dans les océans.

Chaque masque pèse entre trois et quatre grammes et si la situation ne change pas, plus de 6800 tonnes de masques pourraient se retrouver dans les océans. “La pollution marine par le plastique dévaste nos océans”, déclare Gary Stokes, directeur des opérations d’OceansAsia dans le rapport. “La pollution plastique tue chaque année, selon les estimations, 100 000 mammifères marins et tortues”.

Pour contrer ce problème, le rapport suggère le port de masques en tissu réutilisables et lavables. “Il est essentiel que nous nous efforcions de réduire notre utilisation de plastique à usage unique, et nous avons tous un rôle à jouer”, déclare le Dr Phelps Bondaroff dans le rapport.

Ce texte a initialement été publié sur le HuffPost France.

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.