Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Syrie: 150 mines ont déjà été retirées des ruines de Palmyre

DAMAS, Syrie — Au moins 150 bombes cachées par les djihadistes du groupe armé État islamique dans les ruines de Palmyre ont jusqu'à présent été neutralisées, a fait savoir mardi un responsable syrien.

Le directeur des antiquités et des musées de la Syrie, Maamoun Abdoul-Karim, a dit mardi à l'Associated Press qu'une équipe technique est rentrée à Damas après avoir travaillé à Palmyre pendant deux jours.

Les forces syriennes ont repris Palmyre dimanche, après trois semaines de combats féroces.

M. Abdoul-Karim a révélé que les experts ont photographié l'intérieur du musée de Palmyre, où les djihadistes qui ont contrôlé la ville pendant dix mois ont saccagé de multiples statues.

Il a dit que l'équipe technique a été incapable de rejoindre certains sites reculés, dont les sites funéraires, puisqu'il reste encore « des centaines de mines ».

Les médias officiels syriens rapportent que des avions de chasse ont frappé plusieurs cibles du groupe armé, dont des véhicules, à l'est de Palmyre.

M. Abdoul-Karim avait révélé lundi que les dommages infligés par les djihadistes à cette ville millénaire sont possiblement moins lourds qu'on ne le craignait.

INOLTRE SU HUFFPOST

Ce qui reste de Palmyre

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.