Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La mort d'un célèbre kiwi blanc provoque l'émotion en Nouvelle-Zélande

Au pays des Kiwis, Manukura était devenue l'icône de cette espèce en voie de disparition.
Ce rare kiwi blanc est né à Wellington en Nouvelle-Zélande en 2011.
Mike Heydon/Jet Productions NZ Limited via Getty Images
Ce rare kiwi blanc est né à Wellington en Nouvelle-Zélande en 2011.

L’émotion est forte en Océanie après le décès de ce kiwi blanc très apprécié et extrêmement rare. Le petit animal, icône d’une espèce en voie de disparition, n’a pas survécu à une opération chirurgicale en Nouvelle-Zélande ce dimanche 27 décembre. Du nom de Manukura, le kiwi au pelage pâle avait éclos en captivité en mai 2011 avec une caractéristique assez rare, le leucisme responsable de sa couleur blanche.

Manukura avait été transportée à l’hôpital vétérinaire de l’Université de Massey à Palmerston Nord au début du mois de décembre après que le personnel du parc naturel ait remarqué qu’elle ne mangeait plus et perdait du poids. L’acte chirurgical destiné à extraire un œuf non fécondé de son corps s’était bien déroulé, mais son état n’avait malgré tout cessé de se dégrader au fil des jours.

Durant presque toute sa première année, Manukura avait été identifiée comme un mâle, avant d’être finalement révélée femelle. Cette dernière était à la fois devenue ambassadrice du centre national de la faune de Pūkaha Mt Bruce dans le Wairarapa où elle a vécu pendant neuf ans, mais aussi l’icône de son espèce en voie de disparition. Les défenseurs de l’environnement tenaient à cœur de la protéger.

«Elle nous manquera beaucoup»

Le centre national de la faune de Pūkaha Mt Bruce a annoncé le décès du petit oiseau dans un post Instagram visible ci-dessus, ce dimanche 27 décembre. Le kiwi «manquera beaucoup» au personnel du parc, aux vétérinaires et à tous les visiteurs qui venaient spécialement pour l’admirer depuis neuf ans.

La naissance de Manukura en 2011, premier de trois kiwis blancs a avoir éclos à Pūkaha avait, en effet, entraîné une augmentation du nombre de visiteurs du fait de sa rareté.

Dès sa naissance, Manukura a inspiré. Des peluches et nombre de souvenirs ont été fabriqués à son effigie selon nos confrères de The Guardian. En 2012, l’auteure de renommée de livres pour enfants Joy Cowley l’a à son tour immortalisée dans un livre établissant un lien entre le caractère unique du kiwi et celui de chaque enfant.

Ce texte a été publié originalement sur le HuffPost France.

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.