Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Des «progrès» dans les négociations diplomatiques Cuba-États-Unis

Cuba's head of North American affairs Josefina Vidal, speaks during a briefing after taking part in talks with the U.S. reprentatives, in Havana, Cuba, Thursday, Jan. 22, 2015. The United States and Cuba are trying to eliminate obstacles to normalized ties as the highest-level U.S. delegation to the communist island in more than three decades holds a second day of talks with Cuban officials. (AP Photo/Desmond Boylan)
ASSOCIATED PRESS
Cuba's head of North American affairs Josefina Vidal, speaks during a briefing after taking part in talks with the U.S. reprentatives, in Havana, Cuba, Thursday, Jan. 22, 2015. The United States and Cuba are trying to eliminate obstacles to normalized ties as the highest-level U.S. delegation to the communist island in more than three decades holds a second day of talks with Cuban officials. (AP Photo/Desmond Boylan)

Cuba a fait état vendredi de «progrès» dans ses négociations historiques avec les États-Unis en vue du rétablissement des relations diplomatiques et de la réouverture d'ambassades dans les deux pays, même s'il reste des contentieux après un demi-siècle de conflit.

«Nous avons eu une bonne réunion. Nous avons fait des progrès dans nos négociations», a dit devant la presse au département d'Etat la directrice chargée des États-Unis au ministère cubain des Affaires étrangères, Josefina Vidal, après un second cycle de pourparlers officiels entre les deux gouvernements depuis l'annonce en décembre de l'amorce d'un dégel.

Mme Vidal a toutefois reconnu qu'il restait des questions en suspens, dont «la suppression de Cuba de la liste (américaine) des +États soutenant le terrorisme+».

La Havane réclame de fait, avant même le rétablissement des relations avec Washington, d'être effacée d'une liste noire du département d'Etat de pays «soutenant le terrorisme». Cuba y figure depuis 1982 aux côtés de l'Iran, de la Syrie et du Soudan.

Mais vendredi matin, le secrétaire d'État américain John Kerry avait refusé de lier les deux dossiers: «les négociations en cours visent à régler la question du rétablissement des relations diplomatiques (...) Le classement des États soutenant le terrorisme est un sujet distinct. Ce n'est pas une négociation. C'est une évaluation (...) qui se poursuit séparément» au département d'État, avait-il affirmé.

Les États-Unis et Cuba ont repris vendredi leur dialogue historique pour rétablir leurs relations diplomatiques, rouvrir des ambassades et, à très long terme, normaliser complètement leurs relations.

Ces discussions font suite à de premiers entretiens officiels à La Havane fin janvier, dans la foulée de l'annonce choc, le 17 décembre, par les présidents Barack Obama et Raul Castro d'une amorce de dégel entre les deux voisins, plus de cinquante ans après la rupture de leurs relations diplomatiques, en pleine Guerre froide.

INOLTRE SU HUFFPOST

Cuba en images

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.