Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.
The Blog

«Nouvelle adresse»: criant de vérité

Je n'étais pas la seule lundi soir à être rivée devant mon écran de télévision pour assister en direct à la mort de Nathalie Lapointe, cette femme professionnelle mère de trois enfants et atteinte d'un cancer incurable.

Je n'étais pas la seule lundi soir à être rivée devant mon écran de télévision pour assister en direct à la mort de Nathalie Lapointe, cette femme professionnelle mère de trois enfants et atteinte d'un cancer incurable. Nous étions plus de 900 000 personnes à vouloir connaître la conclusion de cette série écrite avec brio et intelligence par l'auteur Richard Blaimert.

Je ne suis pas la seule non plus à en faire l'éloge, puisque nous sommes nombreux à nous être retrouvés quelque part à travers cette histoire.

Durant les 15 dernières années, j'ai accompagné vers la mort 21 personnes. Elles avaient 3 ans, 11 ans, 15 ans, 25 ans, 45 ans, 56 ans, 88 ans... Elles étaient toutes l'enfant, le frère, la sœur, le père, la mère, l'amie de quelqu'un. Elles avaient toutes une histoire parfois trop courte, souvent très riche, mais ce qui est certain, c'est qu'elles étaient toutes uniques. Différentes à bien des niveaux, mais tellement semblables dans leur cheminement, dans leur combat et dans leur volonté de vaincre la maladie.

Tout comme dans la télésérie, j'ai vu et vécu:

  • La souffrance émotive des enfants face à la perte de l'être cher, la peur d'un futur sans elle.
  • L'impuissance des proches face à la souffrance de l'être aimé : le déni, la colère, la très grande peine mêlée du sentiment de culpabilité d'être en santé.
  • La peur de mourir de la personne atteinte, dont seuls les bras d'une mère peuvent apaiser le gouffre émotionnel.
  • La résilience face au destin, pour arriver à accepter l'inacceptable et ainsi trouver la sérénité pour entreprendre l'ultime voyage.
  • Et le cri poignant du parent qui assiste au dernier souffle de sa fille, de son fils, de son bébé...

La fiction qui a nourri Nouvelle Adresse était une réplique quasi parfaite de mes 21 accompagnements, et le jeu des comédiens Macha Grenon, Pierre Curzi, Muriel Dutil et tous les autres de la distribution démontraient un professionnalisme et un travail monumental.

J'y ai retrouvé L'ÉMOTION si difficile à décrire, si juste sans jamais tomber dans l'exagération dramatique.

Nous étions 900 000 personnes lundi à écouter, à pleurer, à se souvenir... J'espère simplement que nous sommes maintenant 900 000 personnes qui savourent encore plus la Vie et qui apprivoisent un peu mieux la mort.

Dans son dernier billet, Nathalie Lapointe a écrit : «La vie n'est pas toujours belle, mais comme elle me quitte, je l'aime encore plus. C'est ce que je vous souhaite. Aimez, profitez de votre amoureux, de vos enfants, du soleil, de tout ce qui vous arrive. La Vie n'est pas parfaite, mais elle est souvent belle.»

En cette semaine sainte, j'ai le goût de vous dire que peu importent vos croyances religieuses, laissez-vous imprégner de ce message si puissant de simplicité et d'amour. Profitons de cette belle leçon de vie pour mettre un peu de sérénité dans nos cœurs et dans notre société.

Un vieux sage m'a dit un jour : «La mort est aussi belle que la vie; la preuve : regarde la beauté d'un coucher de soleil, il est encore plus apaisant qu'un lever de soleil et entre le lever et le coucher, tu es la seule personne capable de décider de quoi sera faite ta journée...»

Alors, ne vous demandez pas de quoi votre vie sera faite après votre mort, concentrez-vous à plein sur votre vie pendant votre vie, et rendez-la la plus belle possible!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Des citations marquantes dans les écrans québécois

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.