Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

L'opposition questionne l'éthique du maire Denis Coderre

The Canadian Press

Projet Montréal a révélé lundi qu'un proche du maire, ayant obtenu un contrat de la Ville sans appel d'offres, avait aussi été solliciteur de dons pour le parti politique de Denis Coderre. L'opposition demande au maire d'annuler ce contrat et d'admettre son erreur.

Un texte de François Cormier

Selon les rapports financiers consultés par Radio-Canada, Robert Bouvier a été solliciteur pour « Équipe Denis Coderre pour Montréal » en 2013 et 2014. Son travail consistait à trouver de l'argent pour le parti politique. En 2015, une entente est intervenue entre la Ville de Montréal et Robert Bouvier pour ses services de consultant pour une somme maximale de 24 999 $.

« Monsieur Coderre doit faire un choix; c'est très clair. Ou tu travailles pour la Ville de Montréal, ou tu travailles pour ramasser de l'argent pour monsieur Coderre. Tu ne peux pas faire les deux », s'est indigné le conseiller municipal de Projet Montréal, Guillaume Lavoie. « Monsieur Coderre a traversé une ligne éthique », ajoute-t-il.

Selon la Ville de Montréal, le contrat avec Robert Bouvier a pris fin le 31 décembre 2015. Il aurait touché une somme de 4020 $, ce qui représente moins d'un cinquième de la somme maximale prévue au contrat. « Quand bien même que ce serait pour un seul dollar, monsieur Coderre doit répondre à la population », insiste Guillaume Lavoie.

Projet Montréal accuse également l'administration Coderre de ne pas avoir respecté le principe de « saine gestion » prévu dans la politique d'approvisionnement de la Ville. Selon cette politique, une demande de prix aurait dû être faite auprès d'un second fournisseur.

Denis Coderre n'y voit pas de problème

Denis Coderre ne semble pas voir de problème à ce que Robert Bouvier ait obtenu un contrat de la Ville de Montréal, même s'il s'agit d'un proche. « Parce que quelqu'un décide par conviction de nous appuyer pour 300 dollars et moins, ça va provoquer des remous à un point tel que ça va créer des conflits », a lancé le maire lors de la séance du conseil municipal. « Tout a été fait dans les règles de l'art. »

La semaine dernière, le maire Coderre avait expliqué la situation en affirmant que M. Bouvier possèdait un « oeil externe » dont la Ville avait besoin. « D'avoir quelqu'un qui a cette connaissance, cette crédibilité et d'être capable d'atteindre aussi le milieu syndical, moi, je pense que ça vaut la peine de l'avoir avec nous », a déclaré Denis Coderre.

Robert Bouvier a été président du syndicat Teamsters Canada. L'administration Coderre l'a engagé pour faire partie de l'équipe de la partie patronale dans ses négociations avec la Fraternité des policiers de Montréal.

Voir aussi:

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.