Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Ottawa resserre les critères pour les sites d'injection de drogue supervisée

TO GO WITH AFP STORY by Laurent VU THE, Canada-society-drugs-healthA client of the Insite supervised injection Center in Vancouver, Canada, collects her kit on May 3, 2011. The Canadian Supreme Court is to settle a conflict between the government's wishes to close the center and the center's success in fighting the spread of AIDS among drug addicts. In eight years of existence, and with more 600 visits per day on average, Insite believes it has made advances in the fight against AIDS. And in a radius of 500 meters around the center, deaths by overdose dropped by 35 percent since the opening, according to a study published in the medical newspaper The Lancet. AFP PHOTO/Laurent Vu The (Photo credit should read Laurent Vu The/AFP/Getty Images)
AFP via Getty Images
TO GO WITH AFP STORY by Laurent VU THE, Canada-society-drugs-healthA client of the Insite supervised injection Center in Vancouver, Canada, collects her kit on May 3, 2011. The Canadian Supreme Court is to settle a conflict between the government's wishes to close the center and the center's success in fighting the spread of AIDS among drug addicts. In eight years of existence, and with more 600 visits per day on average, Insite believes it has made advances in the fight against AIDS. And in a radius of 500 meters around the center, deaths by overdose dropped by 35 percent since the opening, according to a study published in the medical newspaper The Lancet. AFP PHOTO/Laurent Vu The (Photo credit should read Laurent Vu The/AFP/Getty Images)

En vertu des nouvelles règles adoptées par le gouvernement conservateur, il sera pratiquement impossible d'ouvrir de nouveaux sites d'injection de drogue supervisée, soutiennent les partis d'opposition à Ottawa et des organismes de santé publique.

La nouvelle Loi sur le respect des collectivités, qui a reçu lundi la sanction royale, établit 26 "critères rigoureux" qui doivent être respectés avant que le ministre fédéral de la Santé examine la demande d'exemption à la loi réglementant les drogues pour autoriser "des activités reliées à des substances illicites" dans un site d'injection de drogue supervisée.

En vertu de la nouvelle loi, les demandeurs souhaitant implanter un site d'injection de drogue supervisée devront fournir des preuves scientifiques et médicales du bien-fondé de leur projet. Ils devront aussi solliciter l'opinion des services de police locaux, des dirigeants municipaux, de responsables de la santé publique et des ministres provinciaux et territoriaux responsables de la Santé. Ils devront par ailleurs consulter les familles et les habitants du voisinage.

Selon le gouvernement conservateur, la nouvelle loi "assure une clarté et une transparence accrues quant à l'évaluation des sites proposés", afin de "garder un juste équilibre entre (...) la santé publique et la sécurité publique, conformément à la Charte des droits et libertés".

Dans un arrêt de 2011, la Cour suprême du Canada a statué que le site d'injection Insite, de Vancouver, avait contribué à sauver des vies et à améliorer la santé publique sans provoquer une hausse de la consommation des drogues dures et de la criminalité dans le quartier.

Certains craignent aujourd'hui que la nouvelle loi ne contredise l'arrêt de la Cour suprême, et ne mette inutilement des bâtons dans les roues de promoteurs de sites d'injection de drogue supervisée.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les drogues les plus populaires en 2014 (selon le Global Drug Survey)

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.