Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Des particules de microplastiques découvertes dans des foetus

Une étude italienne relayée par The Guardian a montré la présence de microplastiques dans quatre des six placentas étudiés. Une première.
Des chercheurs italiens ont trouvé pour la première fois des particules de microplastiques dans des placentas de femmes enceintes (Photo d'illustration)
Des chercheurs italiens ont trouvé pour la première fois des particules de microplastiques dans des placentas de femmes enceintes (Photo d'illustration)

La nouvelle est inquiétante. Dans une étude rapportée ce mercredi 23 décembre par The Guardian, des chercheurs italiens ont trouvé pour la première fois des particules de microplastiques dans des placentas de femmes enceintes. Sur six placentas analysés à l’hôpital Fatebenefratelli de Rome, quatre présentaient des morceaux de plastique.

Les particules se trouvaient dans le placenta, à la fois du côté de la mère et du côté du fœtus, mais aussi dans la membrane où il se développe. Au total, douze particules de plastique ont été trouvées dans les quatre placentas. Mais seuls 4% environ de chaque placenta a été analysé, ce qui suggère que la quantité totale de microplastiques pourrait être beaucoup plus élevée.

Plus inquiétant encore, les particules étaient de couleur bleue, rouge, orange et rose, ce qui signifie qu’elles proviendraient d’emballages, de peintures ou encore de produits d’hygiène ou de cosmétique utilisés par les futures mères. Quant à leur taille, elles seraient d’environ 0,01 millimètre, c’est à dire suffisamment petites pour circuler dans le sang.

Impact sur la croissance des bébés

«C’est comme avoir un bébé cyborg: il n’est plus seulement composé de cellules humaines, mais d’un mélange d’entités biologiques et non organiques, a commenté Antonio Ragusa, chef du service d’obstétrique de l’hôpital et membre de l’étude au Guardian. Les mères étaient choquées.»

Le sujet est «particulièrement préoccupant», ont également jugé les auteurs de l’étude dans la revue scientifique Environment International, où elle est parue. En effet, les particules pourraient transporter des substances chimiques qui auraient des conséquences à long terme sur la santé des bébés, notamment sur leur croissance et leur système immunitaire.

Les effets sur la santé sont inconnus

Il est néanmoins difficile pour les chercheurs de tirer des conclusions précises sur la santé des foetus pour plusieurs raisons. D’une part, l’étude a été réalisée sur un très faible nombre de placentas (6). De plus, les impacts exacts des microplastiques sur la santé sont encore inconnus et nécessitent des recherches plus poussées. C’est pourquoi les auteurs ont souligné que «des études supplémentaires» devraient être effectuées avant de savoir avec certitude si la présence de microplastiques pouvait, ou non, entraîner «la libération de contaminants toxiques et nocifs pour la santé.»

En octobre dernier, une étude menée par le Trinity College de Dublin avait révélé que les bébés avalaient des millions de microparticules de plastique par jour en buvant leur biberon en polypropylène, une matière plastique souvent utilisée au contact des aliments. Mais là aussi, les auteurs expliquaient ne pas connaître les effets sur la santé dans leur recherche et ne pas savoir si la dose de microplastiques constituait un risque pour la santé des bébés.

Ce texte a initialement été publié sur le HuffPost France.

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.