Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Postes Canada espère toujours parvenir à une entente « abordable et raisonnable »

TORONTO, ONTARIO, CANADA - 2015/08/13: Red and white color Canada Post delivery truck passing through a traffic junction. Canada Post or Postes Canada, is the crown corporation which functions as the country's primary postal operator. It was earlier known as Royal Mail Canada. (Photo by Roberto Machado Noa/LightRocket via Getty Images)
TORONTO, ONTARIO, CANADA - 2015/08/13: Red and white color Canada Post delivery truck passing through a traffic junction. Canada Post or Postes Canada, is the crown corporation which functions as the country's primary postal operator. It was earlier known as Royal Mail Canada. (Photo by Roberto Machado Noa/LightRocket via Getty Images)

MONTRÉAL — Les négociations se poursuivent pour régler le conflit de travail à Postes Canada à la suite du rejet, samedi, des dernières propositions syndicales par la société d'État.

Un porte-parole de Postes Canada, Jon Hamilton, affirme que les deux parties demeurent à la table des négociations. Il dit souhaiter qu'elles parviennent à une entente « abordable et raisonnable ».

Ni l'employeur ni le syndicat n'auraient donné le préavis de 72 heures pour le déclenchement d'un lock-out ou d'une grève.

La partie patronale considère que les dernières offres du syndicat, qui comportent notamment des hausses salariales, entraîneraient des coûts supplémentaires d'un milliard de dollars pour la durée de la future convention collective.

Le principal point litigieux est celui des changements que l'employeur souhaite apporter au régime de retraite de ses employés. Le syndicat rejette l'idée de fournir aux nouvelles recrues un régime fonctionnant comme un REER, c'est-à-dire avec des cotisations déterminées, plutôt que le régime actuel, qui assure des prestations déterminées.

M. Hamilton a déclaré que la frustration manifestée par Postes Canada place la société d'État dans « la direction opposée de celle qu'elle devrait adopter en tant que compagnie ».

Le dernier arrêt de travail à Postes Canada remonte à 2011. Durant 10 jours, le personnel avait procédé à des grèves tournantes et subi des lock-out avant qu'Ottawa ne force les employés à reprendre le boulot avec une loi spéciale.

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.