Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

«Pour déjouer l'ennui»: Pierre Lapointe à fleur de peau

L'auteur-compositeur-interprète a présenté mardi soir l'intégrale de ses «petits aveux de défaite» comme il les appelle, les 12 pièces qui composent son nouvel opus tout doux.
Courtoisie Dudu Zepeda

Journalistes, jeunes, moins jeunes; le Club Soda était bondé et empli d’une certaine fébrilité pour le lancement du nouvel album de Pierre Lapointe, Pour déjouer l’ennui.

«C’est la fête pour nous», a-t-il dit après une première salve d’applaudissements enthousiastes.

Avec un plaisir apparent, l’artiste nous a offert l’intégrale de ses «petits aveux de défaite» comme il les appelle, les 12 pièces qui composent son nouvel opus tout doux réalisé par l’auteur-compositeur-interprète français Albin de la Simone.

Accompagné par ses fidèles musiciens - Joseph Marchand et Philippe Brault, entre autres - et, pour l’occasion, par Albin de la Simone lui-même, Pierre a débuté avec Tatouage, une pièce qu’on avait eu l’occasion de découvrir le mois dernier.

Nimbé d’une chaude lumière, il a enchaîné avec La plus belle des maisons, morceau qui figurait déjà sur l’album Paris Tristesse. Il l’a interprétée ici «telle qu’elle aurait dû être» dans sa forme de départ; caressante, tout en douceur.

Courtoisie Dudu Zepeda

Puis, la chanson-titre de l’album Pour déjouer l’ennui a suivi, comme une berceuse fredonnée au creux de nos oreilles.

La perle a été composée en collaboration avec Julien Chiasson et Hubert Chiasson - qu’on connaît mieux sous le nom d’Hubert Lenoir. Le chanteur a raconté qu’ils ont écrit cette chanson à Québec, alors qu’il y était pour la Fête nationale. Pierre a invité Julien et Hubert dans sa chambre d’hôtel. Le sourire aux lèvres, il a rigolé en disant qu’il savait de quoi ça avait l’air; «un chanteur gai qui invite deux jeunes hommes androgynes dans sa chambre avec une bouteille de vin»!

Pierre Lapointe a poursuivi avec Un coeur qui saigne et Le monarque des Indes. Cette dernière est la première pièce que Lapointe a coécrite avec Albin de la Simone. Pour l’occasion, les deux artistes nous ont offert un charmant duo.

Amour bohème, Amour ou songe - composée pour la «voix hors norme» David Marino -, Dis-moi je ne sais pas, Je connais le chemin; les pièces se sont succédées dans une atmosphère intime, à fleur de peau.

Courtoisie Dudu Zepeda

Puis, avant de tirer sa révérence, l’artiste a interprété Vivre ma peine, une pièce qu’il a créée en collaboration avec son «doyen» Daniel Bélanger. La guitare caressante présente dans cette chanson rappelait agréablement certains morceaux de Bélanger.

La poignante Qu’est-ce qu’on y peut?, qu’on avait pu entendre en mars dernier, a suivi, ainsi que Vendredi 13, chanson écrite par «son ami extraordinaire» Philippe B.

Si le décor conçu par Daniel Langevin semblait évoquer une sorte de sablier, comme un rappel au temps qui s’égrène, la prestation de Pierre Lapointe nous a entraînés dans une sorte de rêve éveillé, intemporel. Un doux moment ponctué de confidences, confirmant une fois de plus que Pierre Lapointe demeure l’un des auteurs-compositeurs-interprètes les plus habiles et créatifs du Québec.

Pour déjouer l’ennui sera disponible en magasin et sur toutes les plateformes à partir du 18 octobre. Pierre Lapointe présentera son nouvel album en spectacle à Montréal et à Québec en février 2020. Une prévente exclusive est valide jusqu’à demain matin, 17 octobre, 6h. La mise en vente officielle débutera vendredi le 18 octobre à 10h.

À VOIR AUSSI: La mort des étoiles: comme si c’était le dernier album des soeurs Boulay

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.