Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Procès Turcotte : une psychiatre experte est appelée à témoigner par la défense

CP

Au procès de Guy Turcotte, le premier témoin expert en psychiatrie a entamé mercredi matin son analyse de l'état mental de l'homme accusé du meurtre de ses deux enfants en février 2009.

Dominique Bourget a été appelée comme témoin expert pour la défense.

Son rôle est crucial dans ce procès puisque l'accusé présente une défense de non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux.

Mme Bourget a été reconnue par le juge André Vincent de la Cour supérieure comme experte en psychiatrie ainsi qu'en psychiatrie légale. Elle a notamment une spécialité en homicides intrafamiliaux.

Son mandat est de faire part de l'état mental de l'accusé au moment du double meurtre. Pour réaliser son expertise, elle a rencontré Guy Turcotte à deux reprises, en 2010, pendant qu'il était en détention.

Elle n'est pas entrée dans le vif du sujet mercredi, ayant passé la matinée à détailler son curriculum vitae.

Tout au plus, elle a déclaré pour le moment que Guy Turcotte souffrait d'un trouble d'adaptation avec anxiété et humeur dépressive, avec des traits obsessifs-compulsifs. Elle n'a toutefois pas encore précisé si ce diagnostic fait référence au soir où il poignardé ses enfants, ou au moment où elle l'a rencontré.

Son témoignage se poursuit mercredi après-midi.

Guy Turcotte a été accusé du meurtre d'Olivier, cinq ans, et d'Anne-Sophie, trois ans. Il a plaidé non coupable mais a reconnu avoir tué ses deux enfants.

L'accusé a témoigné la semaine dernière à son procès pour meurtre prémédité qui se déroule à Saint-Jérôme. Il a déclaré que le soir du drame, il a voulu s'enlever la vie et a bu du lave-glace dans ce but. Se voyant mourir, il a alors décidé d'emmener ses enfants avec lui, a-t-il déclaré.

L'un des jurés a demandé au juge, par note manuscrite qui lui a été transmise, si Guy Turcotte était médicamenté lorsqu'il a témoigné la semaine dernière et s'il comprenait l'impact d'une quelconque médication sur son témoignage.

Dans la salle de cour et en présence du jury, le juge s'est déclaré incapable de répondre à cette demande, la question n'ayant pas été posée à l'accusé pendant qu'il témoignait.

Mais Guy Turcotte, qui se trouvait dans le box des accusés _ il n'était donc pas à la barre des témoins _, a hoché de la tête en direction du jury, qui était en mesure de le voir, étant placé directement devant lui, de l'autre côté de la salle. L'accusé, habituellement impassible, a bougé la tête de haut en bas pendant cet épisode.

Par ailleurs, l'un des avocats de Guy Turcotte, Pierre Poupart, a déclaré qu'il avait de cinq à huit autres témoins prévus pour la défense de son client.

Deux témoins pourraient par ailleurs être appelés à la barre par la Couronne pour sa contre-preuve.

La présentation de la preuve pourrait ainsi être terminée d'ici deux à trois semaines, a déclaré le juge Vincent aux 11 membres du jury.

L'affaire Turcotte en quelques photos

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.